Alcatel-Lucent déploie un nouveau câble sous-marin dans le Pacifique et booste l’Afrique de l’Est

Réseaux
Alcatel-lucent pose un câble sous-marin reliant Tonga aux îles Fidji.

Alcatel-Lucent va relier Vanuatu à la Papouasie-Nouvelle Guinée à 1,2 Tbit/s et pousse le câble est-africain EASSy à 10 Tbit/s.

Alcatel-Lucent vient de remporter un nouveau contrat dans le déploiement de câbles sous-marin. L’équipementier va déployer 3 000 kilomètres de câble entre la république de Vanuatu, les îles Salomon et la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour l’entreprise vanatuane Interchange Limited. L’infrastructure reliera Port Vila (Vanuatu) à Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée), avec des embranchements vers Luganville (Vanuatu) et Honiara (îles Salomon).

De 40 Gbit/s à 1,2 Tbit/s

Le réseau fournira une capacité de 40 Gbit/s dans un premier temps pour atteindre, à terme, 1,2 Tbit/s (presque autant que le récent record établi avec BT). De quoi permettre aux fournisseurs d’accès locaux d’enrichir les capacités des services actuels et d’assurer le déploiement de futurs services tels l’e-santé, l’e-éducation, les communications gouvernementales et le tourisme.

« Grâce à la technologie d’Alcatel-Lucent, ce nouveau système de câbles sous-marins réduit notre actuelle dépendance aux satellites et encourage l’introduction de nouveaux services et applications économiquement accessibles à tous », déclare Simon Fletcher, directeur général d’Interchange.

Le nouveau câble viendra compléter les 1259 km du système sous-marin Vanuatu-Fiji qui relie Port Vila à Suva (Fidji) et dont l’exploitation commerciale démarre ce mois de janvier.

10 Tbit/s pour le câble EASSy

Cette bonne nouvelle pour Alcatel-Lucent en cache une autre : l’augmentation des capacités d’un autre réseau sous-marin, celui de EASSy qui relie les 10 000 km qui séparent l’Afrique du Sud du Soudan. L’entreprise dirigée par Michel Combes va également y déployer sa technologie 100G pour pousser à plus de 10 Tbit/s la capacité du câble qu’elle avait précédemment allumé.

Détenu et exploité par un groupe de 17 actionnaires africains et internationaux, EASSy relie pas moins de 6 pays entre le Soudan et l’Afrique du Sud : Djibouti, le Kenya, la Tanzanie, Madagascar, les Comores et le Mozambique. Il s’interconnecte à plusieurs autres voies sous-marines internationales pour accélérer les communications vers l’Europe, la région Amériques, le Moyen-Orient et l’Asie. Une infrastructure centrale, donc, pour la connectivité de l’Afrique de l’Est et du Sud.

« Grâce à cette augmentation de capacité réalisée à l’aide de la technologie cohérente avancée 100Gbit/s d’Alcatel-Lucent, nous serons en mesure de franchir une nouvelle étape, afin de proposer à notre clientèle la capacité très haut débit nécessaire pour des applications et des services innovants », a commenté Chris Wood, président du comité de direction d’EASSy.

crédit photo © nasko – Fotolia.com


Lire également
Avis d’expert – les réseaux sous-marins : performance, rapidité… et fragilité


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur