Alcatel-Lucent n’a plus peur de Huawei et ZTE

Réseaux

Alcatel-Lucent ouvre une vitrine technologique à Taïwan pour mieux conquérir le Nord de l’Asie. A la barbe des géants locaux Huawei et ZTE.

Alcatel-Lucent étoffe sa R&D en Asie. L’équipementier vient d’annoncer l’ouverture à Taïwan d’un nouveau centre d’innovation. Il viendra compléter celui de Shanghai pour mieux couvrir l’Est de l’Asie et la Chine.

Le Taiwan Innovation Center servira de vitrine technologiques pour les opérateurs et entreprises de la région. Les prospects pourront ainsi tester les technologies mobiles 4G LTE et fixes de l’entreprise française qui exposera ses routeurs de services 7750 et commutateurs photonique 1830 PSS de cœur de réseau. Solutions IMS (IP Multimedia Subsystem), WNG (Wireless Network Guardian), CloudBand et Motive illustreront l’offre de plates-formes IP.

13,6 milliards de dollars pour le très haut débit

Au-delà de la situation géographique, le choix de Taïwan a notamment été porté par le développement propre à la région qui s’est engagé dans un programme national de déploiement du très haut débit fixe et mobile. Selon les prévisions, ce plan représenterait 13,6 milliards de dollars de dépenses d’ici 2018.

Une manne potentielle pour Alcatel-Lucent engagé dans un le plan Shift de restructuration visant à réaliser des économies tout en abandonnant progressivement les technologies analogiques au profit de l’IP et du haut et très haut débit. Mais l’équipementier devra affronter ses concurrents locaux, Huawei et ZTE, notamment.

Huawei et ZTE se concurrencent mutuellement

Deux géants qui ne feraient néanmoins plus peur à Alcatel-Lucent. A l’occasion d’une rencontre avec la presse britannique, Marcus Weldon, CTO de l’équipementier franco-américain, s’est dit beaucoup moins concerné aujourd’hui par ses homologues chinois qu’il y a cinq ans. La raison ? Les obstacles géopolitiques que les produits Huawei et ZTE rencontrent, notamment aux Etats-Unis et en France, limitent la portée des acteurs asiatiques en matière de cœur de réseaux télécoms.

D’où le développement des offres entreprises et des terminaux mobiles des deux sociétés chinoises pour palier cet handicap. Deux secteurs dans lesquels n’évolue pas Alcatel-Lucent. « Nous apprécions le fait que Huawei et ZTE se concurrencent mutuellement sur un segment limité du marché, s’est réjouit Marcus Weldon à nos confrères. Nous évoluons dans d’autres parties du marché. » De là à dire que tout va bien pour Alcatel-Lucent…


Lire également
Samsung choisit Londres pour l’innovation
Huawei se dote d’un deuxième centre de R&D au Royaume-Uni


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur