Pour gérer vos consentements :
Categories: CloudIAASPAAS

Alibaba pointe le bout du cloud en Europe

Une nouvelle phase de développement commercial s’ouvre en Europe pour Alibaba Cloud.

Le groupe chinois a profité de sa présence au Mobile World Congress de Barcelone pour annoncer le lancement d’un bouquet de services qui seront disponibles dans le datacenter de Francfort (Allemagne), ouvert fin 2016 en colocation chez Vodafone.

Quatre offres sont accessibles immédiatement, dont deux d’infrastructure : ECS Bare Metal Instance (serveurs virtuels de 8 à 96 cœurs avec 32 à 768 Go de RAM) et E-HPC (création de clusters de calcul sur la base d’instance associant jusqu’à 512 Go de RAM et 8 GPU Nvidia Tesla P100).

Les deux autres sont alimentées au machine learning, respectivement pour la reconnaissance d’images et l’interprétation du langage naturel.

La première, baptisée Image Search, est notamment exploitée dans le domaine du e-commerce, pour permettre aux internautes de rechercher des produits à partir de photos.

La seconde, nommée Intelligent Service Robot, permet la mise en place d’interfaces conversationnelles en anglais et en chinois.

Au cours du printemps, le catalogue s’élargira avec le PaaS Dataphin pour le traitement de données, Cloud Enterprise Network pour créer des réseaux privés, Vulnerability Discovery comme solution globale de protection et Apsara Stack, destiné au déploiement des services d’Alibaba Cloud sur site ou en configuration hybride.

Face aux GAFA

Au-delà de la présence commerciale, plusieurs leviers sont activés pour prendre pied sur le marché européen.

L’une des dernières initiatives en date a été organisée au Royaume-Uni avec les services météorologiques nationaux. Les étudiants et enseignants des grandes universités ont été sollicités pour développer des algorithmes destinés à guider des ballons dans un scénario de livraison de marchandises.

Des partenariats se développent par ailleurs sur le Vieux Continent ; dernièrement, avec BMW, autour de la maison et de la voiture connectées.

Les références clients sur lesquelles Alibaba communique restent néanmoins chinoises.

Les derniers résultats financiers en ont témoigné : y sont cités Watsons (produits de santé et de beauté), Geely (constructeur automobile) et l’aéroport international de Pékin.

En 2017, Alibaba a dégagé environ 1,7 milliard de dollars de revenus sur le cloud (dont 553 millions au 4e trimestre), pour une perte d’exploitation avoisinant les 400 millions.

Dans le même temps, Amazon Web Services a réalisé 17,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires, pour un bénéfice d’exploitation dépassant les 4 milliards. Google est plus discret, se contentant d’affirmer avoir dépassé le milliard de dollars de revenus trimestriels.

Crédit photo : Alibaba

Recent Posts

FinOps : la spécification FOCUS dépassera-t-elle le IaaS ?

Premier stade de maturité atteint pour le projet FOCUS (FinOps Open Cost & Usage Specification),…

7 heures ago

CentOS en fin de vie : quelques portes de sortie

Le 30 juin 2024, c'en sera fini du projet CentOS. Parallèlement aux initiatives de Red…

10 heures ago

GenAI : Anthropic lance Claude 3.5 Sonnet

Trois mois après le lancement de Claude, sa gamme de LLM, Anthropic lance une mise…

11 heures ago

Kaspersky banni aux États-Unis : les grandes lignes du dispositif

Déjà banni des réseaux fédéraux étasuniens, Kaspersky l'est désormais dans tout le pays. Que prévoit…

13 heures ago

HP adhère avec modération au concept du PC Copilot+

HP lance ses premiers PC Copilot+, mais les met en avant sous une marque spécifique…

1 jour ago

Controversé, l’index de transparence LLM de Stanford passe en v2

Stanford a récemment actualisé son index de transparence des LLM, l'étendant à 14 fournisseurs dont…

1 jour ago