Allemagne : la communauté Tor est sous surveillance

Sécurité

“Cherche patator…” La traque est lancée

Un utilisateur de serveur Tor se fait interpeller en Allemagne. Son serveur redistribuait 40 Go de données par jour, dont des informations sur la conception de bombes artisanales. Un serveur Tor (The Onion Router) permet de conserver une certaine confidentialité des échanges sur Internet.

Avec Tor, les communications rebondissent à travers un réseau de serveurs distribués (n?uds), appelés “onions routers“. Ce système protège l’internaute contre les sites Web qui enregistrent les pages qu’il visite et aussi contre les observateurs externes. Tor peut aider à rendre anonymes: la navigation sur la Toile, les communications de messagerie instantanée, l’IRC (Internet Relay Chat), SSH (Secure Shell), et les autres applications utilisant le protocole TCP. Ce système soulève une vive polémique depuis de nombreuses années, car les éditeurs de sécurité et les autorités estiment qu’ils ne peuvent pas lutter contre ces technos parfaitement légales. Cette technologie Tor est surtout utilisée par les développeurs de logiciels. Ils peuvent utiliser cette plate-forme pour créer en commun et en toute discrétion de nouvelles applications. Malheureusement, ce système “qui n’est pas infaillible “ est également utilisé par des personnes malintentionnées, des terroristes, des cybercriminels et des pédophiles… Un utilisateur en garde à vue En Allemagne, un utilisateur de cette technologie vient d’être arrêté par la police à la suite d’une enquête anti-terroriste. Des données permettant la conception d’engins explosifs ont été échangées via une adresse IP sous son contrôle. Ce week-end, après une soirée bien arrosée, cet informaticien allemand, nommé Alexander Janssen a été réveillé dans la nuit.La police disposait d’un mandat pour visiter son petit appartement de Dusseldorf. Officiellement le motif de cette visite-surprise est la diffusion sur le serveur Tor de Janssen d’informations sur la conception de bombes. Mais la police a également profité de cette descente pour fouiller l’appartement, le bureau et le véhicule de Janssen. Ensuite, il a été emmené au commissariat le plus proche, où il a été interrogé. Selon des informations diffusées sur un forum, Janssen a rapidement reouvré la liberté, un policier lui aurait même expliqué qu’il s’agissait d’une erreur… Mais l’expérience a été tellement impressionnante pour lui qu’il a décidé d’arrêter la diffusion de contenus par l’intermédiaire de son serveur Tor. Janssen qui est un ingénieur pour une importante société IT, craint que cette affaire ne lui porte préjudice. Les technologies qui permettent un certain anonymat sur la Toile sont régulièrement la cible des policiers. L’an dernier, à la suite d’une longue enquête, les autorités allemandes ont procédé à la fermeture de plusieurs serveurs Tor utilisés par des pédophiles. En 2003, la justice allemande a obligé les développeurs du système Jap qui permet l’échange anonyme de données de créer une porte d’entrée pour permettre une surveillance du réseau par les enquêteurs de la division antiterroriste. Cette affaire met en exergue le danger que représentent ces technologies, si elles tombent entre des mains malintentionnées.

Par contre, envisager la fermeture de ces dernières serait une grossière erreur et une menace pour la liberté que procure le Net. Plus d’informations sur la communauté à l’origine de Tor sont disponibles sur ce lien.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur