Alliance Crolles 2 : Freescale reste, NXP part, IBM ou TSMC entrent ?

Régulations

Les rumeurs circulent autour de l’alliance Crolles 2 (Grenoble) des
semi-conducteurs. Les 32 nanomètres seront-ils atteints ?

Créée en 2002, l’Alliance Crolles 2 réunissait à Crolles (la ‘Silicon Valley française‘ proche de Grenoble) trois acteurs des semi-conducteurs ? Motorola Semiconductors, Philips Semiconductors et STMicroelectronics – qui collaboraient depuis un promier projet Crolles 1 sur la recherche, le développement et l’industrialisation des technologies de processeurs CMOS (Complementary metal?oxide?semiconductor).

L’objectif de Crolles 2 est très clairement de permettre à ses membres de franchir les étapes technologiques des 90 aux 32 nanomètres (nm) via leur centre de R&D européen, et donc de ne pas lâcher le peloton de tête composé des géants Intel, IBM et AMD, qui passent déjà aux 65 nm et envisagent prochainement les 45 nm. Sans oublier les japonais et les taïwanais qui restent eux aussi dans la course?

Depuis, près de 5 années ont passé et le paysage de l’industrie des semi-conducteurs a bien changé, en particulier pour ces trois acteurs : Motorola Semiconductors est devenu Freescale, Philips Semiconductors est devenu NXP et STMicroelectronics a entamé sa mue avec au final une probable satellisation de sa division mémoires.

Ajoutons à cela l’Alliance formée avec IBM autour de la Power Architecture ( Power.org ), la nouvelle plate-forme Power base d’un écosystème qui s’étend des processeurs pour serveurs (IBM) aux technologies embarquées (Freescale)?

Racheté par un fond d’investissement, Freescale n’a pas caché qu’il s’interrogeait sur le devenir de Crolles 2.

L’affaire semble encore moins bien engagée du côté de NXP, ex Philips Semiconductors, elle aussi rachetée par un fonds, et qui devrait se prononcer dans les jours prochains sur sa stratégie. Les analystes qui parient sur le mai ntient de NXP dans l’Alliance sont? quasi inexistants !

Une solution serait que le/les partants cèdent leur place à un/des entrants. Mais là aussi on est loin du consensus : un rapport d‘AFX évoque les négociations engagées par Michel Mayer, le patron (français) de Freescale, avec IBM, qui pourrait prendre la place de NXP et ainsi maintenir une alliance qui en revanche se tournerait singulièrement vers l’Amérique, ce qui ne déplairait pas aux nouveaux propriétaires (américains) de Freescale.

De son côté, Philippe Geyres, récemment nommé vice-président exécutif du franco-italien STMicro, évoquerait quant à lui l’entrée au sein de l’alliance du taïwanais TSMC (Taiwan Semi Conductor Manufacturing Co. Ltd).

En tout cas, à Crolles, l’Alliance Crolles 2 aurait suspendu ses projets d’expansion, et la région grenobloise retient son souffle. Les membres du ‘board‘ de l’Alliance doivent se réunir cette semaine.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur