Google s’attaque à la 5G en rachetant Alpental

MobilitéRéseaux

L’acquisition d’Alpental et ses technologies à très haut débit sans fil pourrait permettre à Google d’accélérer le déploiement de son offre fibre.

Dans la multitude des acquisitions effectuées ces derniers temps par Google (pas moins de 5 le mois dernier et trois autres pour juin), il en est une sur laquelle le groupe de Mountain View est resté discret : celle de Alpental Technologies, une start-up spécialisée dans les technologies sans fil à très haut débit.

Basée à Bothell (dans l’État de Washington), cette jeune pousse avait levé 850 000 dollars lors de son tour d’amorçage en 2012, comme en témoigne un document remis à la SEC (« Securities and Exchange Commission », gendarme des marchés financiers aux Etats-Unis). Elle exerce aujourd’hui en tant que filiale de Google, indique ITespresso.fr.

60 GHz de bande de fréquence

Les deux cofondateurs d’Alpental, Pete Gelbman et Mike Hart, sont des anciens de Cleawire, un fournisseur de solutions Internet haut débit entré en Bourse en 2007 puis racheté par l’opérateur Sprint. Ils se définissent aujourd’hui, sur leurs profils LinkedIn respectifs, comme des employés de Google depuis le mois de mai… sans poste défini pour l’heure. Le site Alpentaltech.com est visiblement fermé.

Les technologies sans fil développées par Alpental ont la particularité d’exploiter la bande de fréquences des 60 GHz. Celle-ci est actuellement utilisée essentiellement pour la communication à courte portée entre plusieurs appareils (écrans, projecteurs, disques durs externes, passerelles réseau…) mais aussi à étendre les capacités des réseaux fibre entre des bâtiments voisins.

Une technologie qui pourrait intéresser Google, dont l’infrastructure optique est en cours de déploiement aux États-Unis (depuis juillet 2012 avec le fibrage de Kansas City), avec l’objectif de couvrir, d’ici quelques années, plus d’une trentaine de villes américaines.

Une technologie complémentaire

La bande à 60 GHz est d’autant plus convoitée que la FCC (« Federal Communications Commission ») en a récemment assoupli l’usage. L’organisme régulateur des télécoms aux Etats-Unis) a autorisé, comme le note le Wall Street Journal, des liaisons à plus longue distance – jusqu’à 1 mile (environ 1,6 km) à un débit maximal théorique de 7 Gbit/s.

De quoi délivrer une connectivité Internet dans les zones urbaines denses en complément des réseaux mobile de dernière génération (4G à l’heure actuelle, 5G à venir). Le tout sans avoir à investir dans le câble où la fibre, dont la mise en place est plus onéreuse et chronophage en temps. Même si Mountain View se montre discret sur l’usage qu’il compte faire de l’offre technologique d’Alpental, celle-ci s’inscrit comme un complément à celles de Titan Aerospace (un fabricant de drones) et Skybox (imagerie satellitaire) respectivement acquis fin avril et début juin. Rappelons que Google s’est fixé comme objectif d’étendre l’accès Internet haut débit à l’ensemble de la planète.


Lire également
Google veut tisser un réseau de satellites pour l’Internet pour tous
Google s’offre Skybox Imaging pour enrichir ses services de géolocalisation
Alcatel-Lucent investit dans le wireless fronthaul avec EBlink


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur