Altran: les têtes commencent à tomber

Cloud

L’ancien directeur financier a été mis en examen et placé en détention provisoire

Les choses s’accélèrent dans l’épineux dossier Altran. Plus d’un an après l’ouverture de l’enquête sur cette société française de conseil en technologies, les premières inculpations tombent.

Ce lundi, l’ancien directeur financier du groupe, Alain Rougagnou, a été mis en examen et écroué par le juge Philippe Courroye. Il est suspecté d’être impliqué dans la “diffusion d’informations fausses ou trompeuses” et de “faux et usage de faux”. Altran est mis en cause depuis 2002 pour sa communication financière en décalage avec la réalité. Un reproche d’ailleurs également fait à Jean-Marie Messier, ancien patron de Vivendi… L’entreprise aurait gonflé artificiellement son chiffre d’affaires et ses résultats. La justice cherche à savoir si des filiales de l’entreprise ont reçu l’ordre de faire remonter des comptes améliorés en émettant de “fausses factures à établir”. Ces factures auraient été délivrées sans bon d’engagement pour un montant avoisinant 70 millions d’euros. En clair, Altran a émis des fausses factures destinées à masquer le recul de l’activité en 2001-2002. Selon des sources proches du dossier, on estime probable que d’autres personnes soient inquiétées, notamment Frédéric Bonan, ancien directeur général du groupe qui a démissionné au même moment qu’Alain Rougagnou. Des recrutements à la hausse

Malgré ces problèmes, Altran indique qu’il compte embauchear 2.000 personnes en 2004. Le recrutement aura lieu lors du forum Pro Ingénieurs le 7 juillet prochain. Le groupe compte 16.000 salariés

Capgemini et CSC ont également fait savoir qu’ils recruteraient des ingénieurs cette année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur