Amazon, Iliad et Sopra au top des créateurs d’emplois en France

Régulations

Xerfi et ses partenaires proposent leur palmarès des 500 premières entreprises créatrices d’emplois en France entre 2008 et 2013. Amazon, Iliad et Sopra Group font partie du top 20.

Avec « les500.fr », le spécialiste des études sectorielles Xerfi, Trendeo et l’Institut de l’Iconomie (ex-Institut Xerfi) ont établi leur palmarès des 500 premiers créateurs nets d’emplois en France sur cinq ans. Malgré un chômage élevé (7,5% fin 2008, plus de 10% fin 2013), des secteurs à forte rotation du personnel, dont l’IT, sont restés dynamiques sur le front de l’emploi.

Amazon, Iliad, Sopra et Apple au top 50

Le marchand et prestataire de Cloud Amazon est 10e avec 2 600 créations nettes d’emplois en 5 ans. La maison mère de Free (Iliad, 11e), les SSII Sopra Group (14e) et Alten (33e), le groupe Apple (25e), les plateformes Vente-Privée.com (34e) et Showroomprive.com (47e), ou encore le spécialiste des services d’infrastructure Econocom-Osiatis (50e) font tous partie des 50 principaux créateurs nets d’emplois en France.

Si le secteur du numérique est bien représenté, il est devancé par les services à la personne (O2 Développement occupe la 1ère place avec 6 100 créations nettes d’emplois en cinq ans ; A2Micile est 9e), l’industrie (EDF, Airbus Group, Safran, Onet sont respectivement 2, 3, 4 et 6e), la distribution (Auchan 5e, Lidl 7e) et la restauration rapide (McDonald’s 8e).

Notons que l’hébergeur OVH se positionne à la 52e place (400 emplois nets en 5 ans), le spécialiste du reciblage publicitaire Criteo à la 58e, l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft à la 65e et le groupe informatique Bull à la 74e.

Les ETI plus dynamiques que le CAC 40

« Les 100 premiers du top 500 des créateurs nets d’emplois sont à 63% ces entreprises de taille intermédiaire (ETI) à capital français et implantées à l’international », a indiqué Olivier Passet, directeur des synthèses économiques chez Xerfi, dans les colonnes de Challenges. Les entreprises du CAC 40 ne sont donc pas les mieux placées (seules 8 d’entre elles figurent parmi les 100 premières du palmarès).

En France, ces cinq dernières années, les moteurs de la création nette d’emplois ont été des groupes ciblant une main d’œuvre peu qualifiée, d’un côté, des entreprises à la recherche de profils de haut niveau dans la high-tech, l’ingénierie, le conseil ou encore la R&D, de l’autre. Et la tendance se confirme en 2014.

Le palmarès des 500 croise l’analyse de Trendeo sur les organisations créatrices nettes d’emplois, avec les données issues des bases Diane et Kompass et des classements publiés par la presse.

crédit photo © Kheng Guan Toh – Shutterstock


Lire aussi

Emploi : d’ici 2022, plus de 190 000 postes à pourvoir dans l’informatique

Amazon Web Services : offensive du géant du Cloud sur la DSI


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur