Amazon Redshift : le datawarehouse dans le cloud devient européen

Cloud

Amazon a annoncé la disponibilité de son service d’entrepôt de données dans le nuage sur la région Europe de l’Ouest.

C’est promis, les données de Redshift demeureront en Europe, en conformité avec la réglementation de l’Union européenne sur la protection des données…

Amazon Web Services annonce la disponibilité de Redshift, son service d’entrepôt de données (datawarehouse) dans le cloud, sur la région Europe de l’Ouest. Et en réponse à la principale objection – la géolocalisation des données – contre l’offre, qui est amenée à traiter des données sensibles, voire stratégiques, l’opérateur a indiqué que les données resteront en Europe.

C’est tout du moins ce qu’affirme le communiqué de presse d’Amazon… Une information essentielle en matière de localisation des données stratégiques dont nous n’avons cependant pas trouvé l’équivalent sur le site d’AWS !

Datawarehouse… vraiment ?

Tous les clients du datawarehouse que nous avons rencontrés jusqu’à présent nous ont confirmé leur volonté de disposer de solutions d’entrepôts ‘on premise‘ afin de conserver un contrôle total sur la donnée, et surtout sur son analyse stratégique destinée à leur apporter des avantages concurrentiels. C’est pourquoi les grands acteurs de ce marché ne misent pas, pour le moment, sur le cloud.

1000 $/To/an

Le site confirme en revanche la tarification annoncée par Amazon lors du lancement de Redshift. La tarification de l’entrepôt de données dans le cloud est de l’ordre de 1000 dollars le To/an. La configuration initiale démarre à 2 To, pour un prix de 0,85 dollar/heure.

Ce qui n’a évidemment rien de comparable avec le prix d’un entrepôt de données ou d’une solution analytique proposés par Teradata ou SAS, pour ne citer que ces géants. Mais parle-t-on de la même chose ? Peut-on comparer un Teradata à un Redshift ?

La confusion BI vs entrepôt de données

Un rapide coup d’œil à l’offre AWS Redshift révèle, comme nous l’avions évoqué à son lancement, qu’elle s’appuie sur un écosystème d’éditeurs qui ont porté leurs solutions sur la plateforme. Des éditeurs de qualité, comme Actuate, Birst, Jaspersoft, Microstrategy, Pentaho, Pervasive et Tableau.

Sauf qu’ici nous sommes dans le monde de la BI (Business Intelligence) à prétention analytique, mais certainement pas dans celui de l’analytique sur les entrepôts de données !

AWS Redshift s’annonce donc non pas comme un « datawarehouse du pauvre », ce qui serait dévalorisant pour ces éditeurs qui ont leur place et rendent de nombreux services, mais plutôt comme une solution de BI dans le cloud qui joue au datawarehouse d’entrée de gamme.

C’est certainement ainsi qu’il faut la prendre. Après avoir validé la sécurité et la géolocalisation des données.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur