AMD et Intel sèment la panique sur les cartes-mères

Régulations

Les fabricants de cartes-mères s’étranglent à suivre la guerre des prix sur
les processeurs x86

AMD vient d’annoncer une chute significative des tarifs de ses processeurs Athlon 64 x2. Il anticipe en cela la baisse des prix annoncée par Intel pour le 22 juillet. Mais ce dernier pourrait également jouer la surenchère?

Concrètement, cette guerre qui dure depuis deux ans certes profite à l’industrie en accompagnant la progression du marché, mais dans le même temps va encore une fois réduire de près de 25 % les revenus des fabricants de cartes-mères en attendant que le cycle des nouvelles technologies ne viennent redonner un coup de pouce à leurs marges.

Mais le plus inquiétant pour l’industrie, concentrée sur Taiwan et l’Asie, c’est leur incapacité à anticiper dans leurs stocks un gagnant à court terme, car qui dit guerre dit invariablement un gagnant et des perdants.

Car aux niveaux de coûts atteints aujourd’hui, les cycles de fabrications sont en partie décalés avec l’actualité des marchés, et il est difficile de s’engager sur des quantités réalistes de cartes-mères à fabriquer?

Aujourd’hui, c’est AMD avec son annonce qui a la main, et donc la fabrication s’oriente plutôt vers les architectures du fondeur. Mais imaginons que le 22 juillet Intel casse ses prix au-delà de ce qu’il a déjà annoncé, le marché qui n’est pas dupe se tournera vers le moins cher, et la demande portera sur les architectures Intel ! Avec son lot de surstock sur les cartes-mères AMD?

Certes, les Asustek Computer, Gigabyte Technology ou Micro-Star International (MSI) seront peu touchés, ils sont concentrés du milieu au haut de gamme et seront peu touchés. Mais quant sera-t-il des Elitegroup Computer Systems (ECS) ou ASRock, qui couvrent l’entrée de gamme des cartes-mères ?

Un dilemme apte à étrangler une partie de l’industrie !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur