AMD fête ses 40 ans dans le doute

Cloud

Pour le fondeur, les années les plus dures sont sans doute à venir…

Advanced Micro Devices, plus communément appelé AMD s’apprête à fêter les 40 ans d’une vie marquée par l’innovation mais aussi par l’écrasante domination de son rival Intel.

Créé le 1er mai1969 par Jerry Sanders, accompagné de 7 associés, le groupe sort son premier produit quelques mois plus tard : l’Am9300, un registre à décalage MSI de 4 bits. Ce produit comme les 18 qui sortiront par la suite, ne sera pas destiné à la vente.

Il faudra attendre 1972 pour que le fabricant passe à la vitesse supérieure. Cette même année, la société entre en bourse et lève la somme de 8 millions de dollars. En 1973, AMD, basé jusque là en Californie, ouvre sa première unité de fabrication en Malaisie. Cinq années à peine après ses début, le groupe compte 1.500 employés et génère déjà quelques 26 millions de dollars de chiffre d’affaires.

En 1975, AMD entre sur le marché de la RAM en lançant sa première puce mémoire, l’Am9102. La même année, le fondeur lance également un clone du processeur Intel 8080. La rivalité entre les deux groupes débutera plus tard. En 1976, les deux fondeurs signent un accord d’exploitation de licences croisées. Un accord qui sera renouvelé en 1982.

En 1986, AMD lance la première EPROM (erasable programmable read-only memory, une mémoire réinscriptible) d’un million de bits. Un an plus tard, le groupe développe la technologie CMOS en collaboration avec Sony.

Les premiers soucis avec Intel démarrent en 1987, comme le rappelle nos confrère de PC Inpact. AMD fait une première demande d’arbitrage pour régler un litige qui l’oppose à Intel. En 1991, AMD lance sa première gamme de microprocesseurs. La procédure, initiée en 1987 finira par lui être favorable, lui permettant ainsi de lancer l’ensemble de sa gamme de microprocesseurs.

Les années 90 seront marquées par différents événements stratégiques pour la firme. En 1993, le fondeur de Sunnyvale créé une co-entreprise dans les mémoires Flash avec Fujitsu. En 1994, un accord signé en Compaq et le fondeur permet à ce dernier d’équiper les ordinateurs du constructeur avec ses microprocesseurs. En 1997, AMD lance le processeur AMD-K6, suivi deux ans plus tard par l’Athlon. Ce sera le premier processeur x86 du marché à franchir la barre du gigahertz.

Dans les années 2000, AMD dévoile plusieurs produits remarqués tels que l’Opteron ou, plus récemment, le Phenom. Il s’illustre par nombre d’innovations suivies par Intel comme le support du registre 64 bit (x86-64) et l’intégration du contrôleur mémoire sur le CPU. Néanmoins, cette période marque aussi le début de difficultés pour le fondeur.

Le rachat d’ATI pour 5 milliards de dollars en 2006 pèse sur son fonctionnement et ses comptes. La stratégie Fusion (conception d’une puce intégrant CPU et moteur graphique) que cet investissement met en oeuvre se met lourdement en place. Et lui fait perdre son avance technologique face à Intel qui en profite pour gammer les erreurs du Pentium 4 et imposer sa micro-architecture Core (Core 2 Duo) et multicoeur sur le marché.

Depuis plusieurs mois, le groupe enchaîne les bilans financiers catastrophiques et les plans de restructuration. En vain. Les relations avec Intel se sont envenimées avec la procédure judiciaire lancée à l’encontre de son rival pour abus de position dominante aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Les procédures sont toujours en cours.

La scission en octobre dernier de l’activité production du reste des activités du groupe (conception, marketing et vente) avec la création d’une joint venture déténue en majorité par des investisseurs d’Abu Dhabi lui permettra-t-il de sortir de l’impasse? Réponses attendue dans les prochaines années.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur