André Labarrère n’est plus… Pau est en deuil

Régulations

Le sénateur maire nous a quittés. Il était encore à Paris il y a une quinzaine, répondant à nos questions avec la fougue qu’on lui a toujours connue -et cela malgré la maladie qui le rongeait. Pau, fière de sa vitrine “haut débit sur fibre optique”, est orpheline

Lors des journées Capital IT, qui se déroulaient à l’Espace Cardin, fin avril, André Labarrère, 78 ans, n’a pas craint de faire le voyage pour défendre, une énième fois, ses options en faveur du “très haut débit”.

Bien que déjà très diminué par un cancer déclaré en quelques semaines, il n’avait pas perdu sa verve et sa combativité légendaires. A nos questions, il répondait sans ménagement, évoquant les multiples pressions ou insinuations qu’il a subies de la part de l’opérateur historique par exemple (“Allez-y, m’a lancé un jour Thierry Breton, alors président, …et dans quelque temps nous ramasserons la mise!“) Le déploiement des très hauts débits sur la ville Pau, avec une capacité de plus de 65.000 prises, constitue une véritable vitrine: elle restera une référence et le symbole de la détermination. Un héritage à méditer. L’un de ses proches conseillers, Jean-Michel Billaut (cofondateur de l’Atelier Paribas) écrivait ce 16 mai dans son : ‘blog’ : “(…) les membres de son équipe l’appelaient familièrement le chef… Je suis triste… La premiere fois que je l’ai vu pour lui expliquer ce qui est devenu Pau Broadband Country, il m’a dit : “Je ne comprends pas tout ce que vous me dites, mais je sens que c’est cela qu’il faut faire”… Labarrere a ouvert la voie du futur à ce pays… d’autres vont suivre… on s’en rendra compte un peu plus tard…”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur