Pour gérer vos consentements :

Android : Google supprime la licence de Huawei

L’agence Reuters annonce que Google va  suspendre toutes ses activités avec Huawei, le numéro 2 mondial des smartphones.  Un Coup de tonnerre sur le marché du téléphone mobile .

Une décision liée au décret publié par le gouvernement américain qui interdit aux entreprises américaines de commercer avec des entreprises étrangères jugées “à risque”.

Un décret qui vise essentiellement Huawei dont le matériel 5G est dans le collimateur de plusieurs Etats pour des soupçons d’espionnage.

Les smartphones Huawei et Honor privés d’Android

Concrètement, cette rupture des relations commerciales signifie que le fabricant chinois, mais aussi sa filiale Honor, ne pourront plus utiliser Android sur leurs téléphones, et qu’ils devront faire une croix sur le Play Store et les différentes applications Google.

Huawei devra donc se tourner vers la version open source d’Android ou alors exploiter son propre système d’exploitation mobile dévoilé il y a juste un an. L’équipementier chinois est aussi indépendant sur le plan des processeurs mobiles avec les puces Kirin signées HiSilicon, filiale du groupe, même si elle a aussi recours à des SoC tiers pour certains de ses smartphones.

Précision importante : cette mesure ne concerne pas les smartphones et tablettes déjà sur le marché. Les utilisateurs de smartphones Huawei et Honor pourront donc toujours bénéficier des prochaines mises à jour Android et d’un accès au Play Store.

« Huawei continuera d’apporter les mises à jour de sécurité et d’assurer les services d’après-vente à tous les smartphones et tablettes déjà vendus et tous ceux disponibles sur le marché à travers le monde.  » a confirmé l’équimentier chinois.

Xiaomi et OPPO, bientôt privés d’Android ?

Selon Reuters, un porte-parole de Google a indiqué que son entreprise “se conformait à l’ordre » de son gouvernement et « examinait les conséquences” de cette décision.

Ce décret de l’administration Trump, entré en vigueur le 17 mai, a permis de dresser une liste d’entreprises qui ne peuvent plus acheter de  technologies « made in USA ». C’est notamment le cas de Huawei.

A terme d’autres fabricants chinois de smartphones, comme Xiaomi et OPPO, pourraient-ils être concernés par ces restrictions ?  Dans sa version, actuellement en ligne mais pas encore mise à jour, les deux challengers n’y figurent pas encore.

Recent Posts

Cambridge Analytica, le retour : Zuckerberg poursuivi aux États-Unis

Un procureur américain considère Mark Zuckerberg personnellement responsable des conséquences de l’affaire Cambridge Analytica sur…

1 jour ago

ITSM : EasyVista change avec Patrice Barbedette CEO

Patrice Barbedette (ex-Oracle) pilote la nouvelle phase de croissance d'EasyVista en Europe et à l'international,…

1 jour ago

Gestion de données : Databricks muscle sa direction juridique

Databricks a recruté sa responsable juridique et vice-présidente chez DocuSign pour soutenir l'exigence de conformité…

2 jours ago

Microsoft Build 2022 : beaucoup d’IA…et du Metavers au menu

A l’occasion de Build, sa conférence annuelle dédiée aux développeurs, Microsoft a fait la part…

2 jours ago

Taxe GAFA : pas avant 2023…au mieux

Très attendue, la réforme de taxation internationale des géants du numérique - dite taxe GAFA…

2 jours ago

DevOps : GitLab 15 parie gros sur l’observabilité

Avec la v15 de sa plateforme, GitLab ambitionne d'améliorer sa proposition de valeur dans la…

2 jours ago