AOL licencie 50 développeurs de Netscape: quel avenir?…

Régulations

Plus de 10% des employés de Netscape sont concernés par une réduction des effectifs imposée par AOL. Un effet du récent accord passé avec Microsoft autour d’Internet Explorer?

Bien que le licenciement ne porte que sur 10% des effectifs de Netscape, soit la suppression de 50 postes, c’est un coup dur porté au développement du navigateur, l’un des rares concurrents sérieux d’Internet Exploreur.

AOL continue d’affirmer que “Netscape reste un élément clé de notre stratégie multimarque“, et qu’il continuera à supporter le navigateur et les portails. Mais l’accord passé avec Microsoft, pour sept ans, stipule qu’Internet Explorer sera proposé en standard aux abonnés d’AOL. Déjà qu’Internet Explorer est utilisé par 90% des internautes actifs, selon les statistiques de Google, l’accord signe probablement la fin de Netscape, comme semble l’attester le licenciement des 50 développeurs. Qui pourrait s’inquiéter de cette perspective ? Netscape est perdu depuis plusieurs années. Et il n’y a guère que Mozilla.org pour souhaiter la survie du navigateur. Mozilla sera-t-il le grand perdant ? La fondation Mozilla.org, qui participe activement au développement du navigateur libre, dont Netscape s’est largement inspiré, est financée en majorité par AOL, avec une donation de 2 millions de dollars, ainsi que par le fondateur de Lotus, Mitch Kapor, qui a versé 300.000 dollars. Or, Netscape prend bien son origine dans Mozilla. Parallèlement, la fondation a continué de travailler au projet d’un navigateur ‘open source’ nommé? Mozilla. Une partie des développements proviennent de participations bénévoles, mais qui semblent provenir en majorité des équipes techniques de Netscape. Alors même si la disparition de Netscape pourrait profiter à Mozilla, les conditions pour le développement du navigateur ‘open source’ ne sont plus réunies. Une porte de sortie s’est bien présentée avec Apple et son projet de navigateur Safari Web. Mais Steve Jobs a finalement choisi un autre projet. Bref, l’avenir de Netscape et de Mozilla parait bien sombre!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur