Pour gérer vos consentements :
Categories: AppsMobilité

App Store : Apple lâche du lest pour les « petits » développeurs

Doit-on s’attendre, en cette fin d’année, à des baisses de prix sur l’App Store ? La question peut se poser dans la perspective du programme « Small Business » qu’Apple lancera le 1er janvier 2021.

L’initiative vise les développeurs. Avec une promesse : un taux de commission réduit à 15 %, contre 30 % à l’heure actuelle.

Une condition pour adhérer au programme : ne pas avoir dégagé, en 2020 sur l’App Store, un revenu net supérieur ou égal à 1 million de dollars. En brut (avant déduction des commissions d’Apple), cela représente environ 1,428 million de dollars.

La taxe est évolutive sur deux plans. D’un côté, elle est sujette à réévaluation chaque 1er janvier en fonction des revenus générés sur l’année calendaire précédente. De l’autre, le taux peut changer en cours d’année, dès lors que le développeur dépasse le seuil du million de dollars. Les 30 % ne s’appliquent alors qu’à l’excédent.

App Store : opération bonne figure ?

D’après l’entreprise Sensor Tower, spécialisée dans l’analyse du marché mobile, le programme touche 98 % des développeurs évoluant sur l’App Store. Mais à eux tous, ils représenteraient à peine 5 % du C. A. du magasin d’applications (estimé à 50 milliards de dollars en 2020).

En toile de fond, l’intérêt grandissant des régulateurs pour les pratiques d’Apple. Des enquêtes sont en cours en Europe comme aux États-Unis, sous l’angle antitrust.

La grogne monte, en parallèle, chez les « gros » éditeurs. Une quarantaine d’entre eux se sont ligués au sein de la Coalition for App Fairness, qui réunit aussi des organisations représentatives telles que l’European Publishers Council, le GESTE et la Mobile Marketing Association.

Parmi eux, il y a Epic Games, engagé dans une bataille contre la « taxe Apple » sous la bannière #FreeFortnite. Son CEO Tim Sweeney ne mâche pas ses mots à propos du programme « Small Business ». Il y perçoit « une manœuvre calculée » destinée à « diviser les développeurs » et à « préserver un monopole ». Et de déplorer des accords déjà en place à travers lesquels certains « barons voleurs » (il mentionne Amazon) bénéficient d’un taux de commission préférentiel.

Photo d’illustration © ra2studio

Recent Posts

Data et cybersécurité : les métiers les plus mouvants du SI ?

Les métiers de la data et de la cybersécurité concentrent une part importante des évolutions…

2 heures ago

Teams Essentials : une réponse à la Commission européenne ?

Microsoft dégaine une offre qui permet d'accéder à Teams indépendamment de sa suite bureautique cloud.…

4 heures ago

« Convergences numériques 2022 » : le Cigref, Numeum et d’autres interpellent les présidentiables

Cigref, Numeum, Cinov, Afnum... L'industrie numérique française sert les rangs pour peser sur les programmes…

20 heures ago

Christophe Negrier remplace Karine Picard à la tête d’Oracle France

Christophe Negrier est le nouveau patron d'Oracle France. Il prend la suite de Karine Picard,…

1 jour ago

IA : le joker des équipes perdues dans le Big data

Les professionnels se tourneraient volontiers vers l'IA pour rationaliser la recherche de données et renforcer…

2 jours ago

De la Bretagne au Luberon, la France toujours sous le feu des ransomwares

Emballage, agroalimentaire, collectivité territoriale... La diversité des profils reste de mise chez les dernières victimes…

2 jours ago