Pour gérer vos consentements :
Categories: AppsMobilité

App Store : que changent les applications « masquées » pour les entreprises ?

Qu’y a-t-il entre les applications « privées » et les applications « publiques » ? Les applications « masquées ». L’App Store prend désormais officiellement en charge cette troisième option.

Les applications masquées n’apparaissent nulle part sur l’App Store (catégories, recommandations, recherches…). Pour y accéder, deux moyens. Soit via un lien direct, soit au travers des gestionnaires Apple Business Manager et School Manager.

Les apps dites privées sont elles aussi accessibles sur Business Manager et School Manager. Mais c’est tout. Et le téléchargement n’est possible que pour les organisations dont les identifiants ont été mis sur liste blanche. Charge à elles de les distribuer ensuite par MDM. Ou, à défaut, par l’intermédiaire de codes.

Les apps masquées n’exigent ni MDM, ni codes. En ce sens, elles se prêtent à une diffusion sur des appareils non gérés. Apple donne quelques exemples : employés à temps partiel, franchisés, invités à un événement, participants à une étude… Il mentionne aussi les appareils personnels d’employés non gérables via Business Manager et School Manager.

Les apps masquées peuvent aussi représenter une alternative au programme Developer Enterprise*. Les développeurs qui en sont membres peuvent distribuer des applications sans les soumettre à Apple. Mais ce type de compte coûte 299 €/an. Et il est réservé à certaines organisations (il y a notamment un seuil d’effectif minimal). C’est par ailleurs au dev de s’assurer d’héberger les applications de manière sécurisée.

Les apps masquées, elles, doivent être approuvées par Apple. Il y a un formulaire pour ça. Avec une procédure qui diffère selon le statut initial des applications (privée, publique ou non encore autorisée). Dans tous les cas, il ne s’agit pas d’un remplacement pour TestFlight : Apple ne laissera pas passer les applications expérimentales.

* Un programme déjà utilisé pour contourner les restrictions d’Apple. En particulier en distribuant des app stores illégaux.

Illustration principale © ymgerman – Shutterstock

Recent Posts

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

2 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

7 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

1 jour ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

1 jour ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

1 jour ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

1 jour ago