Pour gérer vos consentements :
Categories: Composants

App Store : la contestation monte chez les éditeurs

Spotify, Basecamp, Epic Games… Autant d’éditeurs qui ont haussé le ton contre Apple ces dernières semaines*, et qu’on retrouve désormais au sein de la Coalition for App Fairness.

L’organisation compte 13 membres fondateurs. Elle résume ainsi sa vision : « liberté de choix et équité concurrentielle dans l’écosystème des applications ». Son action s’inscrit, notamment, dans la lignée de l’enquête que la Commission européenne a ouverte en juin sur les pratiques d’Apple.

La Coalition for App Fairness pointe trois éléments en particulier.
Premièrement, les règles de l’App Store, qui empêcheraient une concurrence saine. Elle en veut pour preuve le cas d’Amazon, non autorisé, sur son app Kindle, aussi bien à vendre des livres qu’à fournir des informations sur la manière d’en acheter.

Autre exemple : celui de Tile et ses trackers Bluetooth. Le « club des 13 » estime qu’Apple favorise son application concurrente Find My. Entre autres en la préchargeant sur ses appareils et en interdisant sa désinstallation. Mais aussi en rendant plus difficile l’accès de Tile aux informations dont elle a besoin pour fonctionner. Ainsi qu’à certaines fonctionnalités hardware – en premier lieu, la puce U1 de l’iPhone 11, qui exploite la bande ultralarge (UWB).

La « taxe Apple » ne passe pas

Deuxième élément pointé du doigt : la taxe de 30 % qu’Apple prélève, depuis 2011, sur la plupart des achats. Elle rapporterait au groupe américain plus de 15 milliards de dollars par an. Au mépris de la concurrence, déplore la Coalition for App Fairness.

Cette dernière dénonce aussi l’absence de liberté de choix pour l’utilisateur final. Celui-ci ne peut acheter ses logiciels et services qu’auprès d’Apple. Et à des prix plus élevés que sur les autres plates-formes (un upgrade Fortnite à 9,99 $ au lieu de 7,99 $, un abonnement premium Tidal à 12,99 $ au lieu de 9,99 $…).

Dans ce contexte, la Coalition for App Fairness pousse un ensemble de principes qu’elle invite tous les fournisseurs d’app stores à respecter. Parmi ces principes :

  • Donner aux développeurs tiers l’accès aux mêmes interfaces et informations techniques que celles ouvertes à leurs propres équipes
  • Permettre aux éditeurs de communiquer avec leurs utilisateurs directement au sein de leurs applications
  • S’abstenir de bloquer ou de discriminer des applications sur la base de leur modèle économique ou de la façon dont elle est délivrée
  • Être transparent sur les règles des app stores et leur évolution, tout en proposant des mécanismes « rapides, simples et justes » de résolution des conflits

* Spotify a lancé la campagne Time to Play Fair en réaction à l’enquête de Bruxelles. Epic mène le front sous la bannière #FreeFortnite et a déposé plusieurs plaintes contre Apple. Basecamp a haussé le ton cet été après le blocage de son application de messagerie HEY.

Photo d’illustration © ymgerman – shutterstock.com

Recent Posts

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

4 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

5 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

10 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

1 jour ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

1 jour ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

1 jour ago