Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

Apple flashe sur Anobit

Apple est en pourparlers en vue de faire l’acquisition d’Anobit Technologies. Et la firme serait prête à mettre de 400 à 500 millions de dollars sur la table. C’est ce que rapporte le site israélien Calcalist.

Une technologie pour réduire les coûts et augmenter l’endurance de la flash

L’enjeu de la flash ne se trouve pas exclusivement dans la flash mais aussi, pour large partie, dans le micro-contrôleur qui régit la lecture et l’écriture sur les matrices de portes NAND. Dans ce domaine, SandForce récemment acquise par LSI excelle avec sa technologie DuraClass mais Anobit a également fait ses preuves.

La société basée à Herzeliya en Israël a été fondée en 2006 pour faire des SSDs et emploie 200 personnes. Elle s’appuie sur sa technologie MSP (Memory Signal Processing) qui permet d’améliorer l’endurance (nombre de cycles d’écriture et de lecture maximum) de la flash, ainsi que sa rapidité et son coût. Car une faible endurance nécessite des cellules de mémoire supplémentaires, ce qui, à son tour, rend la flash moins véloce.

Anobit, c’est donc une technologie avec différents algorithmes mais aussi des brevets (21 reconnus sur un total de 95 déposés) qui ont été mis en oeuvre début 2011 dans la conception d’un micro-contrôleur pour flash NAND, le MSP2020, en collaboration avec le coréen Hynix. Pratiquement, des puces d’Anobit se trouvent déjà dans des produits Apple (iPhone, iPad et MacBook Air).

Des négociations en vue

Mais si la société Anobit apparait comme stratégique aux yeux de la firme de Cupertino, elle l’est aussi pour d’autres. Il faudra tout d’abord convaincre les sociétés (dont Intel Capital et Micron Technologies) qui ont investi à hauteur de 76 millions de dollars dans Anobit.

Par ailleurs, la société israélienne intéresse « un important fabricant de mémoire flash situé en Asie, » selon Calcalist. S’agit-il d’Hynix ? Rien n’est moins sûr. Les pourparlers pourraient accoucher des investissements croisés de ce fabricant asiatique et d’Apple.

Des tractations en millions de dollars donc mais aussi des millions de micro-contrôleurs produits. Ainsi, en août dernier, la société israélienne a annoncé avoir livré 20 millions de micro-contrôleurs pour flash. Et son nouveau bébé, le MSP2025, supporte jusqu’à 256 Go de flash NAND implémentée dans une technologie 20 nanomètres (nm) ou plus fine encore.

Le succès des appareils nomades assure un demande de mémoires flash croissante. Et ce sont une nouvelle fois les investissements et les technologies avancées qui permettront de les rendre plus performantes et moins onéreuses. Et ce dernier point s’avèrera crucial pour une adoption massive des SSDs et pour l’augmentation des tailles de mémoires embarquées dans les smartphones et autres tablettes tactiles.

Recent Posts

Quels standards pour la cryptographie post-quantique ?

À l'issue d'une procédure de six ans, le NIST a sélectionné quatre algorithmes à standardiser…

50 minutes ago

DMA, DSA : une régulation à la hauteur des « Big Tech » ?

Le Parlement européen a définitivement adopté le DMA et le DSA ce 5 juillet. Des…

6 heures ago

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

22 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

23 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

1 jour ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

2 jours ago