Apple fait l’impasse sur la 4G de l’iPhone 5 en France

4GPoste de travailSmartphones
crédit photo © Apple

Les futurs utilisateurs de l’iPhone 5 en France ne bénéficieront pas de la 4G LTE. Pour des raisons techniques et stratégiques.

Apple n’a, comme à son habitude, pas manqué de superlatifs pour qualifier son nouvel iPhone, notamment en mettant l’accent sur le support de la 4G LTE en cours de déploiement un peu partout dans le monde.

En revanche, la firme de Cupertino s’est montrée plus discrète sur la compatibilité de l’iPhone selon les régions où la 4G est déployée. Et tout porte à croire que l’iPhone 5 présenté hier ne sera pas compatible avec la 4G en France. Et, à l’exception de quelques opérateurs, ce sera également le cas sur le reste de l’Europe. Pour des questions techniques de fréquences essentiellement.

En fait, l’iPhone 5 a surtout été taillé pour les réseaux LTE des opérateurs nord-américains. Trois modèles seront commercialisés à l’échelle mondiale. Sur son site, Apple indique qu’il couvrira les bandes de fréquences 4 et 17 pour le modèle A1428, 1, 3, 5, 13, 25 pour le A1429 CDMA, et 1, 3, 5 pour le modèle A1429 GSM. Ce dernier étant principalement destiné à l’Europe.

Apple prend le risque de se couper de marchés 4G importants

Les bandes 1, 3 et 5 concernent les fréquences de 2100 MHz, 1800 MHz, et 850 MHz. Alors que les bandes réservées lors de l’attribution des licences 4G l’année dernière et en début d’année aux opérateurs français se concentrent sur les fréquences 2600 MHz et 800 MHz. Donc incompatibles avec les choix d’Apple.

Ce dont ne se cache pas ce dernier (même s’il ne s’en vante pas). Sur cette page Cupertino indique clairement les pays où la 4G de l’iPhone sera disponible. La France n’y figure pas. En Europe, seul Deutsch Telekom en Allemagne et Everything Everywhere (Orange/T-Mobile) au Royaume-Uni en bénéficieront.

Il reste néanmoins à savoir pourquoi Apple prend le risque de se couper de marchés 4G importants. Une réponse que nous aurions souhaité avoir directement de l’intéressé resté injoignable à l’heure de l’écriture de ces lignes. Certes, la problématique technique n’est pas simple, mais néanmoins pas insoluble. Mais Apple préfère sans doute se concentrer sur les marchés où la 4G est opérationnelle comme les États-Unis où le Japon.

Et le LTE pour la France pourra bien attendre un potentiel iPhone 6 l’année prochaine puisque les premiers services 4G ne seront de toute façon pas lancés avant 2013, qui plus est dans une poignée de villes. En d’autres termes, ce n’est pas un gros risque pour Apple qui exploitera un nouvel argument pour vendre son iPhone version 2013.

De plus, l’iPhone 5 supporte le Dual Carrier à 42 Mbit/s, soit le très haut débit du HSPA (DC-HSPA) et, bien sûr, les 21 Mbit/s du HSPA+. Apple entend répondre ainsi aux attentes des utilisateurs en matière de vitesse. Néanmoins, outre des débits supérieurs, le LTE apporte un faible temps de latence, particulièrement pertinent dans l’univers applicatif mobile en ligne. Bref, Apple suit la droite ligne de l’iPad 3 également privé de 4G en Europe.

La 4G sur le 1800 MHz ?

Enfin, il n’est pas tout à fait dit que les utilisateurs français de l’iPhone 5 seront privés de 4G. Le LTE est également proposé sur le 1800 MHz. Or, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a lancé une consultation publique pour ouvrir le 1800 MHz à d’autres services que le GSM, donc le LTE notamment.

L’absence de 4G n’est dans tous les cas pas un handicap pour les opérateurs qui proposeront l’iPhone 5 dans leur catalogue, notamment dès demain en pré-commande chez SFR.

Ce dernier nous précisait que ce n’est pas pour la future 4G que les acheteurs de l’iPhone 5 adopteront ce dernier, mais simplement parce que c’est le nouvel iPhone. « Ceux qui voudront vraiment du LTE pourront se tourner vers la concurrence. » Comme le Nokia Lumia 920 qui supporte, sur le papier, l’ensemble des spectres du LTE ?


Voir aussi
L’iPhone 5 en images


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur