Apple iPad 3 : haute résolution mais toujours bicœur

Apple vient de lancer le successeur de l’iPad 2. La nouvelle tablette de la firme de Cupertino propose, sans surprise, des performances en progrès, mais qui restent toutefois en deçà de celles des terminaux quadricœurs proposés par les constructeurs Android. L’iPad 3 (qu’Apple se borne a appeler « le nouvel iPad ») sera disponible à compter du 16 mars 2012.

« Le nouvel iPad redéfinit la catégorie inventée par Apple il y a moins de deux ans, en offrant l’expérience la plus incroyable jamais proposée aux utilisateurs d’un produit de haute technologie, s’enthousiasme Philip Schiller, vice-président worldwide product marketing d’Apple. Avec ses 3,1 millions de pixels, l’écran du nouvel iPad est doté d’une résolution jamais atteinte sur un appareil mobile, pour du texte d’une parfaite netteté et des photos et des vidéos offrant un niveau de détail incroyable. »

Des graphismes et une connectivité au top

Grosse nouveauté, la présence d’un écran IPS de 9,7 pouces présentant une résolution record de 2048 x 1536 points. Le tout est piloté par un GPU PowerVR SGX543MP4 qui propose quatre cœurs, contre deux précédemment. Cette puissance doublée devrait permettre de piloter confortablement le nouvel écran de l’iPad 3, mais sans toutefois révolutionner la machine.

Autre point positif, la connectivité réseau progresse à grands pas, avec la présence du Wifi 802.11n, du Bluetooth 4.0 et d’un module 4G/LTE (sur certaines versions de la tablette). Le tout ne se fait pas au détriment de la consommation électrique, l’iPad 3 affichant une autonomie de 10 heures (9 heures en 4G/LTE), pour un poids de seulement 650 g (660 g en version 4G). De ce côté, Apple fait toujours figure de leader.

En page suivante : les limites de l’exercice.

Côté processeur, le SoC A5X reste dans le camp des puces bicœurs. La firme se garde bien d’en préciser la fréquence de fonctionnement, mais il est plus que probable que ce composant ne sera pas en mesure de se hisser au niveau du Tegra 3 de NVIDIA ou du K3VA de Huawei (quoi qu’en dise Apple).

Autre point négatif, si Apple a soigné la partie logicielle de son offre, en proposant par exemple une suite bureautique particulièrement complète, qui permet de transformer l’appareil en véritable outil de production, certaines limitations, comme l’absence d’un réel accès au système de fichiers, constituent une limite franche en termes de possibilités.

L’iPad reste sans aucun doute le produit le plus populaire du marché. Toutefois ces quelques restrictions ne lui permettront probablement pas de reprendre la main sur la foultitude de tablettes Android 4.0, souvent moins bien finies, mais présentant des fiches techniques plus agressives… à un meilleur prix.

Un prix encore élitiste

Citons par exemple l’Acer Iconia Tab A700, qui proposera un processeur à 4+1 cœurs, épaulé par un GPU plus que correct, pilotant un écran HD en 1920 x 1200 points. Une offre compétitive, puisque son tarif public est fixé à 499 euros TTC en version 32 Go (son prix effectif sera probablement inférieur).

À côté de cela, l’iPad 3 s’affiche à un prix de base de 489 euros TTC… en mouture 16 Go, la facture pouvant grimper à plus de 800 euros pour la version 4G/LTE à 64 Go. Un prix qui était auparavant celui de l’excellence, mais qui semble aujourd’hui difficile à justifier. Petite consolation, l’iPad 2 16 Go Wifi voit, lui, son tarif chuter à 409 euros TTC.

En pages suivantes : les photos officielles du nouvel iPad.

Crédit photo : © Apple



Crédit photo © Apple



Crédit photo © Apple



Crédit photo © Apple



Crédit photo © Apple



Crédit photo © Apple