Apple poursuit à son tour Nokia

Cloud

Apple a porté plainte contre Nokia pour viol de brevets. Une réponse du berger à la bergère.

La tension monte entre Nokia et Apple. A l’heure où le constructeur finlandais ferme plusieurs de ses boutiques aux Etats-Unis (notamment celles de Chicago et New York) et qu’Apple tend à multiplier les ouvertures de ses Store, les deux industriels dialoguent désormais par avocats interposés.

Apple vient en effet de porter plainte contre Nokia. Il lui reproche d’avoir violé 13 de ses brevets sans préciser les technologies concernées, rapporte l’AFP. « Les autres sociétés doivent nous affronter en inventant leurs propres technologies, pas en nous volant les nôtres », a déclaré Bruce Sewell, directeur juridique d’Apple.

C’est pourtant par la voie judiciaire qu’Apple répond à l’attaque de Nokia. Ce dernier avait porté plainte contre Cupertino en octobre dernier. Nokia accuse Apple d’avoir violé 10 de ses brevets dans les domaines de la connectivité des mobiles vers les réseaux radio, dans les normes GSM, UMTS et LAN sans fil, la transmission de données sans fil, le codage vocal, le cryptage et la sécurité. Autant de technologies sur lesquelles tous les constructeurs du marché paient des royalties. Tous sauf Apple.

Sans le dire directement, Nokia fait porter à Apple la raison de sa baisse de compétitivité. Le constructeur finlandais perd du terrain sur le marché des terminaux mobiles, particulièrement aux Etats-Unis. Si Nokia revendique encore la première place avec 38 % du marché, le constructeur accuse une baisse annuelle de 8 % de ses ventes de terminaux et des revenus en chute de près de 58 %. Apple, de son côté, voit ses ventes progresser (de 7 % au quatrième trimestre fiscal avec 7,4 millions d’iPhones vendus). On comprend que Nokia ait du mal à digérer le succès d’Apple s’il exploite effectivement ses technologies en toute illégalité. La pression concurrentielle s’intensifie également avec la montée en charge des BlackBerry et des smartphones Android.

Apple privilégie donc l’attaque à la négociation comme mode de défense. Au risque de s’enliser dans une procédure judiciaire qui pourrait durer plusieurs années. En la matière, Nokia affiche cependant une certaine expérience. En début d’année, le finlandais sortait d’un conflit de près de trois ans avec Qualcomm pour une histoire de viol de brevets également. Mais dans ce cas, c’est Qualcomm qui avait porté plainte en 2005 et obtenu de Nokia une compensation de 1,7 milliard d’euros. Nokia compte-t-il cette fois se rattraper sur Apple?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur