Apple ResearchKit s’intéresse à l’étude de l’ADN

CloudData & StockageRégulations

Apple travaillerait avec des scientifiques américains intéressés par la création d’applications de collecte et gestion d’informations génétiques d’utilisateurs d’iPhone, selon le MIT.

D’après le Massachusetts Institute of Technology (MIT), Apple collabore avec des chercheurs américains intéressés par la création d’applications de collecte et traitement d’informations génétiques des utilisateurs d’iPhone. Ces applications seraient basées sur le framework Open Source ResearchKit que la firme de Cupertino a présenté en mars dernier aux développeurs et scientifiques.

Des échantillons ADN (salive) de volontaires auraient été transmis pour analyse à des laboratoires agréés par Apple. Il s’agirait de centres de recherche sur le séquençage du génome gérés par les partenaires du projet : le Mount Sinai Hospital de New York et l’Université de Californie à San Francisco (UCSF). Les données ainsi collectées seraient stockées dans le Cloud et accessibles aux scientifiques, mais certaines conclusions pourraient être visibles depuis l’iPhone des volontaires.

Le partage de données génétiques

L’étude de l’UCSF porterait sur les causes des naissances prématurées. Les tests génétiques seraient croisés avec d’autres données collectées sur les iPhone de femmes enceintes. Les choix de l’hôpital new-yorkais n’ont pas été précisés. L’objectif général des études consisterait à analyser les gènes à l’origine d’une centaine de maladies, et non l’ensemble du matériel génétique d’une personne. Ces tests, s’il étaient réalisés à grande échelle, coûteraient « quelques centaines de dollars » chacun.

Outre Apple, d’autres entreprises high-tech, de 23andMe à Google, se sont lancées dans le collecte, le stockage et le traitement d’informations génétiques. Les problématiques éthiques sont nombreuses.

Lire aussi :
Santé : Apple ouvre son ResearchKit aux développeurs


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur