Apple va dépenser 45 milliards de dollars pour soutenir le cours de ses actions

Régulations
bourse-tendance-courbe-spéculation

Le cours de l’action Apple flirte aujourd’hui avec les 600 dollars. Un exploit que la firme de Cupertino compte prolonger à coups de milliards.

Tout va bien pour Apple. La firme de Cupertino vient de vendre le trois millionième exemplaire de son nouvel iPad, bat tous ses records en bourse et dispose d’un impressionnant trésor de guerre de 100 milliards de dollars.

Fort de ce triple constat, Apple a annoncé un ambitieux programme de 45 milliards de dollars pour soutenir le cours en bourse de ses actions, explique ITespresso.fr. Steve Jobs a toujours refusé d’utiliser cet argent pour des motifs purement boursiers, mais son successeur, Tim Cook, ne semble pas vouloir adopter la même stratégie, et précise ses ambitions par communiqué.

« Nous avons utilisé une partie de notre cash pour réaliser de beaux investissements dans notre activité, à travers des efforts supplémentaires en recherche et développement, acquisitions, ouverture de nouveaux magasins et des investissements en capitaux dans notre chaine d’approvisionnement. Et vous en verrez encore plus dans le futur », explique-t-il.

« Mais même avec ces investissements, nous pouvons entretenir un trésor de guerre pour des opportunités stratégiques et avoir encore largement assez de cash pour les opérations courantes. Nous allons donc entamer un programme de dividendes et de rachat d’actions. »

Un programme ambitieux

Des dividendes de 2,65 dollars par action seront ainsi versés le premier juillet. Sur un total de plus de 930 millions de titres en circulation, cela représente tout de même 2,5 milliards de dollars. Des rachats d’actions sur les trois prochaines années (à partir du 30 septembre 2012) vont aussi permettre de transférer jusqu’à 10 milliards de dollars vers les actionnaires.

Enfin, pour limiter la dilution du capital, jusqu’à 32,5 milliards de dollars seront puisés dans les liquidités de l’entreprise pour remplir ses obligations liées aux « droits d’attribution d’actions gratuites » de ses employés (en anglais, Share Vesting RSUs, des primes payées en actions aux employés), confirme le directeur financier d’Apple, Peter Oppenheimer.

De quoi éviter l’émission de nouvelles actions, qui diminueraient mécaniquement la part du capital contrôlé par chaque titre existant.

Cette série de mesures a été – fort logiquement – bien accueillie par les marchés financiers.

Crédit photo : © Julien Eichinger – Fotolia.com


Voir aussi
Quiz ITespresso.fr – Avez-vous suivi les évolutions de l’iPhone ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur