Applications IoT : Red Hat et la fondation Eclipse croient en Kubernetes

CloudDSIIAASOrchestrationProjets

La fondation Eclipse et la communauté Kubernetes ont créé un groupe de travail pour favoriser l’utilisation de l’orchestrateur dans les applications IoT.

Red Hat et la fondation Eclipse font cause commune pour favoriser la mise en œuvre de Kubernetes au sein des applications IoT .

Le  projet  de leur groupe de travail va au-delà des Cloud IoT. Il touche à l’edge computing , ces architectures qui permettent de traiter les données à la périphérie, sans dépendre d’une connexion au réseau internet. 

Son directeur exécutif Mike Milinkov évoque la pile LAMP, « instrumentale dans l’ère des applications web » pour estimer que Kubernetes le sera tout autant dans celle du cloud hybride.

Dans un livre blanc, le groupe liste une série d’obstacles potentiels à l’utilisation de Kubernetes avec ce type d’infrastructures, souvent multiprotocoles et massivement distribuées.

Se posent notamment des questions de montée en charge (l’orchestrateur devra être capable de gérer de nombreuses connexions simultanées), de gestion de la bande passante et de priorisation des charges de travail.

La sécurisation des communications – la prise en charge de TLS n’est pas systématique – est aussi un défi. On peut y ajouter l’exploitation d’algorithmes d’apprentissage automatique avec une puissance de calcul limitée.

Définir une architecture ouverte

Le groupe de travail aura la tâche de définir une architecture ouverte qui englobe ces problématiques. Il s’agira, dans un premier temps, de développer des usages dans l’IoT industriel, en accompagnant les déploiements en edge.

Sur ce dernier point, Mike Milinkov donne l’exemple de Chick-fil-A. La chaîne de fast-foods a mis en place, sur ses 2 000 restaurants, un parc de 6 000 équipements IoT. L’installation des clusters a été faite avec RKE (Ranger Kubernetes Engine), à raison d’un budget de 1 000 dollars par établissement.

chick-fil-a-edge

En effectuant certains traitements de données à la périphérie sur un modèle serverless, elle a réduit les temps de latence et renforcé la sécurité. Mais aussi amélioré des processus parmi lesquels la préparation des commandes (les affichages en cuisine sont synchronisés avec les systèmes de caisse).

Pour rappel, la fondation Eclipse,  née en 2004 sous l’impulsion d’IBM, fédère aujourd’hui de grands noms de l’industrie technologique, parmi lesquels Fujitsu, CA, SAP et Oracle, qui lui a récemment confié la plate-forme Java EE.

Image d’illustration © Google

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur