Objets connectés : après Kindle et Echo, Amazon développe un robot domestique

Mobilité

Déjà fabricant de robots industriels avec sa filiale Amazon Robotics, le géant de l’e-commerce va compléter sa gamme d’assistants vocaux avec un robot domestique selon Bloomberg.

Après la liseuse Kindle et l’enceinte connectée Echo, Amazon pourrait bien creuser le sillon des robots domestiques connectés, selon des sources proches du dossier, indique Bloomberg.

Le géant de l’e-commerce et du cloud serait en effet à pied d’oeuvre sur un projet ambitieux et secret visant à développer un tel robot domestique.

L’assistant robot du foyer

Dix offres d’emplois publiés sur le site du Lab126 font d’ailleurs référence à des postes d’ingénieur en robotique, de directeur de développement de logiciels robotiques et de chercheur principal en robotique appliquée.

Sous le nom de code « Vesta », en référence à la déesse romaine du foyer, le développement de ce robot serait supervisé par Gregg Zehr, en charge de la division de recherche et de développement hardware du Lab126 d’Amazon.

Basé à Sunnyvale, ce laboratoire de recherche du groupe de Jeff Bezos est à l’origine d’appareils signés Amazon tels que les produits de la gamme Echo, les boîtiers multimédias Fire TV, les tablettes Fire et le smartphone Fire Phone.

Si les pourtours du projet restent flous, le robot en question pourrait serait qualifié d’Alexa mobile, signifiant qu’il ne s’agira pas d’un jouet mais bien d’un robot domestique.

Des tests dès cette année

Amazon avait mis la main sur Kiva Systems, fabricant de robots pour les entrepôts, en mars 2012 pour 775 millions de dollars. Cette acquisition a donné naissance au département Amazon Robotics. Si ce dernier est indéniablement spécialisé dans les robots industriels pour l’expédition et la logistique, Amazon a ainsi acquis une expérience certaine dans la robotique.

En mars dernier, le P-DG d’Amazon a tweeté une photo de lui-même marchant aux cotés de SpotMini, le chien robotique de Boston Dynamics (ex-filiale d’Alphabet).

Dotés d’une IA formée à l’aide des quantités astronomiques de données dont le groupe dispose sur ces clients, ces robots pourraient présenter des capacités que d’autres fabricants de robots domestiques sont incapables de proposer.

Selon Bloomberg, « les prototypes des robots sont pourvus de caméras et de logiciels de vision par ordinateur et peuvent naviguer dans les maisons comme une voiture autonome».

Le groupe basé à Seattle pourrait tester des premiers modèles dans les foyers de ses employés d’ici la fin 2018, avec un lancement commercial dès 2019.

Il faut dire que le marché des robots grand public est prometteur. Estimé actuellement à 5,4 milliards de dollars, il pourrait dépasser les 15 milliards de dollars à l’horizon 2023, selon une étude de Research and Markets.

(Crédit photo : @Amazon)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur