Pour gérer vos consentements :

Après l’inculpation de Lee Jae-Yong, Samsung révise sa gouvernance

Corruption, détournement et transformation de fonds, dissimulation de preuves et parjure : autant de chefs d’accusation dont devra répondre Lee Jae-Yong. L’intéressé, vice-président de Samsung Electronics et considéré comme l’héritier naturel du conglomérat sud-coréen, est mis en examen.

Ainsi en a décidé, ce mardi, le parquet spécial désigné pour instruire l’affaire de trafic d’influence dans laquelle le dirigeant est impliqué aux côtés des hautes sphères politiques du pays.

La procédure d’enquête ouverte il y a 70 jours est arrivée à son terme, le président Hwang Kyo-ahn ayant refusé de la prolonger. Les magistrats ont signifié leur intention d’inculper quatre autres cadres de Samsung, dont trois ont annoncé, en conséquence, leur démission.

Ces hauts responsables sont liés au fameux « bureau de stratégie » (Corporate Strategy Office) qui aurait, en tour de contrôle de l’empire Samsung, orchestré des dessous-de-table versés à une entreprise et à des fondations créées par Choi Soon-sil, amie et confidente de l’ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye (destituée en décembre dernier par le Parlement ; la Cour constitutionnelle doit encore trancher sur la validité de la procédure).

Samsung fait le ménage

Du côté de Lee Jae-yong, que la justice a placé en détention le 17 février dernier pour éviter une fuite vers l’étranger, on évoque des « donations » sans motivations politiques.

Les motivations en question ? L’appui de la caisse publique des retraites (National Pension Services).

Actionnaire-clé de deux filiales du conglomérat (Samsung C&T et Cheil Industries), le fonds de pension contrôlé par le gouvernement sud-coréen en a soutenu la fusion, contre laquelle des investisseurs s’étaient dressés, estimant qu’elle profitait à la famille Lee.

L’opération était importante pour Lee Jae-yong dans l’optique de la passation de pouvoir avec son père Lee Kun-hee, frappé en 2014 par un infarctus et qu’on dit aujourd’hui en état de coma, dans un hôpital de Séoul.

En réaction à la mise en examen de son héritier putatif (qui encourt une lourde peine de prison ferme), Samsung a pris, selon le Korea Herald, plusieurs résolutions, dont la dissolution du Corporate Strategy Office. 200 personnes seront reclassées dans ce cadre.

Autre organe dissolu : la division chargée des relations avec les pouvoirs publics. Samsung compte désormais s’appuyer sur des cabinets de juristes pour mener « indirectement » ses actions de lobbying. Les « donations » dépassant un certain montant seront par ailleurs soumises à l’approbation du board de chaque filiale, précise ITespresso.

A lire aussi :

Samsung confirme le lancement du Galaxy S8 le 29 mars

Arrestation du patron de Samsung, le spectre de la scission relancé

Recent Posts

Violation de données : phishing et ransomware au top des menaces

Les attaques informatiques par hameçonnage et ransomwares ont augmenté respectivement de 11 et 6% l'an…

2 jours ago

IBM Think 2021 : IA à tous les étages

IBM fait le plein d'annonces solutions à l'occasion de sa conférence Think 2021. Une édition…

4 jours ago

Jamf, expert Apple, acquiert Wandera 400 M$

Wandera étend les capacités de sécurité "zero trust" mobile/cloud de Jamf, spécialiste des solutions de…

4 jours ago

Tiger Lake : au tour des stations de travail mobiles

Tout juste officialisées, les puces Tiger Lake-H arrivent sur plusieurs stations de travail mobiles Dell…

4 jours ago

Automatisation : Appian met à niveau sa plateforme low code

Appian met à niveau sa plateforme d'automatisation low code. L'accès aux données et le développement…

5 jours ago

Lura : une passerelle API chez la Fondation Linux

Destiné à développer des passerelles API, le framework KrakenD passe sous l'aile de la Fondation…

5 jours ago