Archos 101 XS : toutes les spécifications… et nos premières impressions

MobilitéOS mobilesPoste de travail
Archos 101 XS © Archos

Présentation en détails de la nouvelle tablette 10,1 pouces d’Archos, de 10e génération, la 101 XS. Un produit plutôt réussi.

Le constructeur français Archos vient de lever le voile sur la première tablette de sa famille Gen10, la 101 XS. Un produit qui devrait arriver dans les magasins mi-septembre au prix public de 379 euros TTC.

Nous avons eu l’opportunité de prendre cette tablette en main : nous vous livrons donc nos premières impressions et notre analyse des spécifications de ce produit.

Une tablette « raisonnable »

Le marché des tablettes Android semble depuis quelques mois pris de folie, avec une déferlante de produits de très haut de gamme, équipés de puissants processeurs quadricœurs et d’écrans en Full HD.

Avec la 101 XS, Archos propose une offre plus classique, mais taillée pour les applications Android 4.0 actuelles, qui ne sont ni massivement optimisées pour le multicœur, ni pour la Full HD. La tablette est ainsi proposée avec un écran MVA de 10,1 pouces, pour une résolution de 1280 x 800 points. Un écran classique, mais de qualité, avec des noirs profonds.

Côté processeur, le constructeur mise sur un OMAP 4470 de Texas Instruments, une puce bicœur cadencée à 1,5 GHz, épaulée par 1 Go de RAM et 16 Go de flash. Certes, elle propose une puissance totale moins importante que celle d’un Tegra 3, mais sa fréquence nominale supérieure lui permet de tenir la dragée haute à son concurrent avec la plupart des applications, lesquelles tournent en général en mode monothread.

Mais surtout, ce composant s’accompagne d’un GPU PowerVR SGX544, plus performant que celui intégré dans la plupart des SoC concurrents. Un élément très important, car Android 4.0 fait appel massivement à l’accélération OpenGL ES pour le rendu des applications.

Un clavier bien pensé

La 101 XS est livrée en standard avec un “coverboard” magnétique. Retourné sur la tablette, il la protège. Une fois ouvert, il permet de disposer d’un clavier Azerty complet, avec touches de raccourcis Android. Le clavier n’intègre pas de batterie et se connecte en direct à la tablette. Il reste ainsi très compact.

Sans le clavier, la tablette affiche une finesse record de 8 mm (dimensions de 27,3 x 17 x 0,8 cm), pour un poids de 600 g. Avec le clavier, l’épaisseur passe à 13 mm et le poids à 850 g. C’est peu ou prou identique à l’épaisseur d’un iPad avec une protection de type Smart Cover (12 mm) et bien moins que celle d’un Asus Transformer Prime équipé de son clavier (23 mm).

Ce clavier est donc sans grande incidence sur les dimensions et le format de la tablette. Finesse oblige, il ne permettra pas une frappe très rapide, mais il demeure confortable… une fois ses particularités (liées à Android) domestiquées.

Bon point, il est magnétique et protégé par une bande de caoutchouc. Bref, pour retirer le coverboard de la tablette, on peut tirer dessus ou le faire glisser… sans risque d’abimer la tablette. Une fois la tablette basculée en mode clavier, le tout forme un ensemble fixe, qui ne se détachera pas de lui-même.

Au chapitre des défauts, la mise en place du clavier reste moins intuitive que celle des modèles à charnière que nous trouvons sur d’autres tablettes. Certains regretteront également que la béquille soit dorénavant sur le clavier et non plus sur la tablette. Bref, ce coverboard ne plaira pas forcément à tous, mais il peut être vu comme un plus gratuit.

La suite, en page deux…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur