ARM présente «  Juno   », son kit de développement 64 bits dédié à  Android

DSI

Linaro vient tout juste d’annoncer l’adaptation d’Android L à  l’architecture 64 bits ARMv8-A. Android en 64 bits sur les puces ARM devient ainsi une réalité avec Linaro 14.06. à€ cette occasion, un kit de développement 64 bits est présenté par ARM, la JunoARM Development Platform. En plus du logiciel, cet ensemble comprend la carte mère

Linaro vient tout juste d’annoncer l’adaptation d’Android L à  l’architecture 64 bits ARMv8-A. Android en 64 bits sur les puces ARM devient ainsi une réalité avec Linaro 14.06.

à€ cette occasion, un kit de développement 64 bits est présenté par ARM, la JunoARM Development Platform. En plus du logiciel, cet ensemble comprend la carte mère Juno Versatile Express (intégrable dans un boitier classique de PC), pourvue d’un composant de nouvelle génération comprenant deux cœurs Cortex-A57 (hautes performances) et quatre cœurs Cortex-A53 (basse consommation).

Trois niveaux de fréquence des cœurs sont proposés  :

  • Cortex-A57  : 800 MHz (nominal), 450 MHz (underdrive), 1,1 GHz (overdrive)  ;
  • Cortex-A53  : 700 MHz (nominal), 450 MHz (underdrive), 850 GHz (overdrive).

Des fréquences qui se veulent donc assez faibles. A priori, une configuration big.LITTLE de dernière génération est toutefois ici de la partie. Elle permet de faire fonctionner soit les Cortex-A57, soit les Cortex-A53, soit un mix des deux, soit l’ensemble des six cœurs, pour des performances maximales. Le tout est épaulé par 8 Go de DDR3L à  1600 MHz (bande passante de 12,8 Go/s).

ARM Juno

Entrée de gamme 64 bits

La partie graphique n’est pas la plus moderne qui soit. Ainsi, c’est un classique Mali-T624 d’ARM à  quatre cœurs et cadencé à  600 MHz qui est de la partie. Il propose toutefois un support de l’OpenGL ES 3.0 et – lors d’une future mise à  jour – de l’OpenCL 1.1, permettant ainsi de disposer de 81,6 gigaflops de puissance complémentaire.

L’interconnexion de tous ces composants est assurée par un couple CoreLink CCI-400 / CoreLink NIC-400. Là  encore, ce n’est pas ce qu’ARM propose de mieux. La firme a toutefois visé l’entrée de gamme 64 bits pour son kit de développement. Gageons que les constructeurs se déchaîneront lors de la sortie de leurs propres produits.

##Autres points, deux ports HDMI sont présents, ainsi que de l’audio, quatre connecteurs USB 2.0 et de l’Ethernet à  100 Mb/s. Le stockage est confié à  une carte microSD, aucun port SATA ne semblant présent sur cette carte mère, dédiée avant tout à  des constructeurs créant des smartphones et tablettes (même si des incartades dans le secteur des serveurs seront possibles). Notez toutefois que ce point n’est pas encore très clair, certaines photos de la carte montrant deux connecteurs SATA, et d’autres aucun.

Signalons enfin qu’un port permet de rajouter une carte FPGA, la LogicTile Express 20MG d’ARM (20 millions de portes et 4 Go de RAM, extensibles à  8 Go), architecturée autour d’un puissant composant Xilinx Virtex 7. Une bête de course qui permettra de simuler un grand nombre de composants d’interface.

La solution Juno ARM Development Platform et sa carte mère Juno Versatile Express sont annoncées pour le troisième trimestre, à  un prix non communiqué.

Sur le même thème
Un standard pour les serveurs ARM… et Windows Server en prime  ?
CES 2014 : Nvidia part à  l’assaut d’Intel avec son Tegra K1
AMD veut fédérer ARM et x86 avec le projet SkyBridge
Vers des puces ARM 64 bits à  32 cœurs  ?


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur