Arun Sarin quitte un Vodafone au plus haut

Cloud

Après cinq ans de bons et loyaux services, le directeur général artisan du succès de l’opérateur quittera ses fonctions en juillet

C’est une page qui se tourne pour Vodafone. Le directeur général du géant britannique, Arun Sarin, a annoncé son départ pour juillet après avoir passé cinq ans à la tête de l’opérateur. Il sera remplacé par le vice-directeur général, Vittorio Colao.

Selon certaines sources, Arun Sarin pourrait se tourner vers le monde du capital-investissement, et entrer au conseil d’administration de plusieurs grandes sociétés internationales.

L’homme de 53 ans est considéré comme un des artisans majeurs du succès de Vodafone dans le monde. Sous sa direction, l’actionnaire de SFR a multiplié les acquisitions dans les marchés émergents afin d’être moins dépendant des marchés matures (Telsim en Turquie pour 4,5 milliards de dollars, Hutchison Essar en Inde pour 10,7 milliards de dollars…) et est devenu le plus gros opérateur mobile de la planète en termes de chiffre d’affaires. Arun Sarin s’est ainsi dit “très fier de ce que le groupe a réalisé et de sa dynamique sur le marché”.

“Arun a effectué un énorme travail en tant que directeur général”, a déclaré dans un communiqué le président du groupe, John Bond. “Il a dirigé l’entreprise avec distinction et piloté Vodafone durant une période de changement rapide. Il a élaboré une nouvelle stratégie pour l’entreprise et a nettement développé notre présence dans les pays émergents.”

Le directeur général quitte un Vodafone au plus haut. Pour son exercice 2007/2008, clos au 31 mars, la firme fait état d’un bénéfice net part du groupe de 6,66 milliards de livres (8,4 milliards d’euros), contre une perte de 5,426 milliards l’année précédente.

Son chiffre d’affaires bondit de 14,1%, à 35,478 milliards de livres (un montant supérieur aux attentes), et la croissance interne ressort à 4,2%. L’excédent brut d’exploitation du britannique a augmenté de 10,2% à 13,2 milliards de livres.

Ces résultats ont bénéficié de la forte croissance de la zone “EMAPA”, qui réunit l’Europe orientale, le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie-Pacifique et les Affilés, avec une croissance organique du chiffre d’affaires de 14,5%. A titre de comparaison, la région Europe affiche une croissance organique de 2%. Le chiffre d’affaires des activités de données, qui incluent entre autres les services d’information ou de téléchargement de musique, a quant à lui bondi de 40,6% en données organiques.

A la fin de 2007, Vodafone disposait d’un porte-feuille de 252 millions de clients dont 106 millions situés dans des marchés émergents comme l’Asie, le Moyen-orient et l’Afrique


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur