Atos cède sa filiale italienne

Cloud

La SSII récupère 45 millions d’euros

Le marché italien fait une nouvelle victime : Atos Origin. Après Bull, la SSII français cède à son tour sa filiale transalpine. Le groupe Engineering s’est porté acquéreur de la division pour 45 millions d’euros. Selon le groupe français, cette cession devrait avoir un impact positif sur la marge en 2008.

Décidément, l’Italie ne réussit pas aux SSII françaises. Selon un patron d’une société de services informatiques cité par les Echos, « Le marché est complètement pourri. Les clients ne paient pas et il est à la fois long et difficile de restructurer les entreprises. Il n’y a qu’Accenture qui s’en sort ». Voila qui a le mérite d’être clair.

Outre Bull qui a cédé sa filiale qui n’avait été rentable qu’une fois en quinze ans, GFI Informatique continue de son côté à perdre de l’argent dans ce pays, souligne le quotidien économique.

Pour Atos, la sortie du marché italien représente une étape supplémentaire de sa restructuration. Une restructuration qui devrait toucher à sa fin. En septembre dernier, le groupe a confirmé son objectif de croissance sur son chiffre d’affaires, de 8,5 % pour l’exercice en cours.

Les coûts du plan de transformation du groupe sont désormais absorbés, et la SSII compte bien en profiter pour afficher une amélioration, même légère, de sa marge opérationnelle. Pour 2009, il confirme l’objectif de 8 % de marge d’exploitation.

« Nous visons une marge opérationnelle de 500 millions d’euros en 2009 en doublement par rapport à 2006. Avec une croissance organique du chiffre d’affaires de l’ordre de 4 % par an, cela donnerait un taux de marge de 8 %. En 2009, nous avons pour objectif de dégager un flux de trésorerie net de 300 millions d’euros, contre zéro cette année étant donné les coûts de notre plan de transformation.« , expliquait Philippe Germond, président du directoire


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur