Atos Origin se rehausse: Thierry Breton est nommé p-dg

Logiciels

Arrivé comme président du directoire, il devient pd-g. Le titre remonte

Recruté fin 2008 pour remplacer Philippe Germond à la tête du conseil du directoire, Thierry Breton a été nommé président-directeur général suite à une assemblée générale ce 11 février qui a institué un conseil d’administration, lequel l’a élu à ce poste dans la foulée.

Ce changement de « structure de gouvernance » et cette nomination traduisent un nouveau climat, plus serein. Car durant des mois, le directoire et les administrateurs n’ont pas cessé de se quereller. Les fonds d’investissement – Centaurus et Pardus – poussaient au démantèlement du groupe et à la vente de sa filiale Worldline.

A peine arrivé, Thierry Breton a tranché. Le groupe ne sera pas démantelé.

Les Echos rapporte les propos du nouveau p-dg : « Je suis là pour améliorer la marge opérationnelle et la génération de cash pour le groupe, qui devra être plus intégré« .

Le conseil d’administration compte douze membres, nommés pour trois ans. La moitié d’entre eux sont des nouveaux entrants par rapport aux onze membres de l’ancien conseil de surveillance.

A noter que le fonds PAI Partners, entré au capital d’Atos Origin l’été dernier, est devenu le premier actionnaire à hauteur de 22,6 %. Il obtient un troisième siège d’administrateur qu’il réclamait depuis septembre. Le fonds Centaurus – qui ne détient plus que 5 % de part – n’a pas plus d’administrateur et pourrait bien jeter l’éponge.

Trois personnalités font leur entrée : Nicolas Bazire, dg du groupe Arnault (également administrateur de LVMH et de Carrefour), Jean-Paul Béchat, ex-président du directoire de Safran (Snecma-Sagem), et Pasquale Pistorio, ex-p-dg de STMicroelectronics et actuel président de Sagem Wireless.

Ainsi qu’un délégué des salariés actionnaires (3 % des salariés seulement…)

Atos Origin fait toujours l’objet d’une enquête par la brigade financière pour abus de biens sociaux et tentative de corruption à la suite de plusieurs plaintes contre X visant l’ancienne direction.

A la Bourse de Paris, ce 11 février, le titre a fait un bond de +4%, en tête de notre indice, devant Ingenico (+3,46%) et Sopra (+1,78%). A 21,25 euros, l’action a regagné +18% depuis le 1er janvier 2009.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur