Auchan et ING candidats au rachat d’Egg France

Cloud

La banque en ligne Egg déclare avoir trouvé des repreneurs potentiels pour sa filiale française en difficulté

L’actionnaire d’Egg, l’assureur britannique Prudential, annonçait en juillet 2004 son intention de cesser toutes les activités d’Egg en France. A l’époque, le scénario prévoyait une fermeture pure et simple de la filiale qui devait s’étaler sur 18 mois, et dont le coût s’élèverait à quelques 170 millions d’euros. L’annonce, ce mardi, d’une reprise par appartements constitue donc un rebondissement.

Banque Accord, filiale bancaire du géant de la grande distribution Auchan, achètera les activités de crédit à la consommation (66.000 détenteurs de la carte Egg en France). Elle pense que le profil “internaute, jeune et citadin” de cette clientèle devrait l’aider à développer son activité de banque en ligne. Les dirigeants de Banque Accord, contactés par le journal Le Monde, se disent donc prêts à intégrer jusqu’à 312 emplois en équivalant plein temps, sur les 413 salariés que compte Egg France. Dans un communiqué, Egg évoque de son côté seulement 100 postes maintenus. Parallèlement, Egg annonce la reprise de ses activités d’épargne et de courtage en ligne par le groupe bancaire néerlandais ING. Cette opération pourrait à son tour permettre la reconversion de quelques 40 emplois supplémentaires. Le feuilleton Egg, qui a connu de nombreux rebondissements au cours de l’année écoulée, serait-il en train de s’acheminer vers un épilogue ? En tous cas, dans la mesure où les activités n’ont jamais décollé dans l’hexagone, l’épisode français a pris les allures d’une série noire pour la banque par Internet britannique. Egg s’était installé en France en 2002 en rachetant pour 36 millions d’euros la banque en ligne française Zebank à ses fondateurs, le français Bernard Arnault et la banque franco-belge Dexia.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur