Auto-partage : Volkswagen et Toyota rejoignent la Didi Auto Alliance

MobilitéPoste de travailProjets
amazon-alexa-toyota-lexus

DiDi Chuxing renforce Didi Auto Alliance, son alliance internationale d’auto-partage, qui regroupe les leaders des équipementiers et des constructeurs automobiles. Entrent en lice Toyota et Volkswagen.

DiDi Chuxing renforce la Didi Auto Alliance, ou D-Alliance, dont la vocation est d’offrir une alternative bon marché et à la demande à la propriété de véhicules.

Le groupe chinois qui veut développer une flotte de véhicules électriques s’entoure de nouveaux partenaires.

La D-Alliance prend du volume

L’alliance regroupe maintenant 31 membres, dont les trois plus grands groupes mondiaux d’automobiles que sont Volkswagen, Toyota Motor et l’alliance franco-japonaise entre Renault, Nissan Motor et Mitsubishi Motors, ainsi qu’une co-entreprise entre l’entreprise publique chinoise Dongfeng Motor et la société sud-coréenne Kia Motors. Les équipementiers auto allemands Bosch et Continental sont aussi de la partie.

L’alliance avait initialement été annoncée en février dernier, avec alors 12 partenaires. De son côté, Renault-Nissan-Mitsubishi avait d’ailleurs signé un protocole d’accord avec DiDi à ce moment pour explorer la possibilité d’une future coopération commerciale dans le cadre d’un nouveau programme d’auto-partage de véhicules électriques en République populaire de Chine.

Ogi Redzic, vice-président senior en charge des véhicules connectés et des services de mobilité pour Renault-Nissan-Mitsubishi, estime que l’Alliance: « partage une vision commune avec DiDi dans notre quête d’une mobilité propre et sûre pour tous. La Chine est un marché clé pour Renault-Nissan-Mitsubishi et nous prévoyons de travailler en étroite collaboration avec des leaders du marché comme DiDi pour façonner l’avenir de la mobilité intelligente en Chine.  »

Un acteur incontournable

DiDi Chuxing a pesé de tout son poids pour convaincre les équipementiers et fabricants auto de rejoindre son alliance.

Il faut dire que le groupe basé à Pékin peut se targuer d’être à l’origine de 7,4 milliards de courses en 2017, contre 4 milliards pour Uber.

DiDi estime également être en mesure de tirer partie des leçons apprises en opérant dans les grandes villes chinoises où le traffic automobile est congestionné.

Cheng Wei, fondateur et PDG de DiDi, explique qu’il s’agit «d’offrir des solutions de collaboration allant du crédit-bail automobile aux ventes, en passant par le financement automobile, le service automobile, l’exploitation de flotte et les solutions d’autopartage. » Et d’ajouter : « L’objectif est de créer plus de valeur pour nos partenaires, la communauté des utilisateurs et la société. » 

L’objectif est d’utiliser 1 million de véhicules électriques d’ici 2020 et 10 millions d’ici 2028.

Cette alliance est une nouvelle illustration de la mutation profonde à laquelle le marché de l’automobile se prépare, passant d’un modèle basé sur la propriété à des services et des flottes focalisés sur les solutions de transport.

(Crédit photo : @Lexus/Toyota – Auto Shanghai 2017)


Avis d'experts de l'IT