Pour gérer vos consentements :
Categories: Automatisation

Automatisation : de Slack à Tableau, quelle roadmap pour Salesforce ?

Place à la plate-forme Salesforce pour Slack. La marque n’est pas nouvelle, mais elle a fait l’objet d’une forme de lancement officiel cette semaine à l’occasion de la conférence TrailblazerDX. Avec, dans les grandes lignes, une promesse : ce que vous développez sur Salesforce, utilisez-le sur Slack.

La plate-forme comprend notamment un SDK Apex. Elle regroupe aussi diverses applications. En l’occurrence, pour Sales Cloud, Service Cloud et Marketing Cloud (bêta), ainsi que Tableau (disponible).

Autre composante : le moteur d’automatisation Flow. Officiellement, l’intégration avec Slack sera disponible en version expérimentale au mois de juin. Les notes de version de Salesforce pour Slack donnent toutefois une idée de ce qui est dans les tuyaux. On pourra, entre autres, depuis des flux :

– Créer et archiver des canaux ; y inviter des utilisateurs
– Vérifier si un utilisateur a connecté un espace de travail à une organisation Salesforce
– Envoyer, éditer et épingler des messages
– Obtenir des informations sur une conversation

Flow s’ouvre, en parallèle, à d’autres briques de l’écosystème Salesforce. Nommément, MuleSoft et Tableau. L’éditeur a en tout cas développé cet angle « automatisation transversale » lors de la TrailblazerDX.

La jonction avec Tableau se fera, en particulier, sous la bannière Flow Actions. L’idée étant de pouvoir lancer des flux depuis des visualisations. Salesforce l’avait déjà évoquée en novembre dernier à la Tableau Conference. On n’en sait aujourd’hui pas beaucoup plus, y compris sur la date de disponibilité.

Des passerelles, il y en a aussi avec MuleSoft. À commencer par la brique principale (Composer, outil d’intégration de données sans code). La jonction n’est cependant pas encore totale. Il faudra, par exemple, attendre le deuxième semestre 2022 pour pouvoir utiliser Composer avec Flow Builder. Même échéance pour la connexion de Flow à la couche RPA de MuleSoft (ajoutée sur la base des technologies de ServiceTrace, éditeur allemand d’un iPaaS).

Illustration principale © Olivier Le Moal – Adobe Stock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

1 semaine ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago