Avaya et Siemens bien placés pour reprendre Nortel ?

Cloud

Seule l’activité réseaux d’entreprises intéresserait les repreneurs

Un genou à terre, Nortel suscite les convoitises. Rappelons que l’équipementier télécoms canadien est placé depuis janvier dernier sous le régime des faillites (Chapter 11) après avoir accumulé des pertes abyssales. La loi américaine permet à Nortel d’éviter la liquidition mais impose une sévère restructuration. Traduction : Nortel risque d’être vendu par appartements.

Selon l’agence Bloomberg, Avaya et Siemens Enterprise Communications s’intéresseraient de près à un des bijoux de famille de Nortel, les réseaux d’entreprises. Cette filiale serait valorisée autour des 500 millions de dollars. Toujours selon l’agence, des offres fermes pourraient être déposées cette semaine.

Les entreprises concernées refusent de commenter, Sally Harrison, porte-parole de Siemens Enterprise, filiale de Siemens AG, a dit que le groupe ne commentait pas les spéculations.

En mars dernier, le Wall Street Journal évoquait la cession d’une autre activité clé : les réseaux sans fil. Encore une fois, les noms d’Avaya, de Siemens mais aussi de Cisco étaient évoqués.

En février dernier, Radware a passé un accord avec l’équipementier canadien pour lui reprendre certains actifs dans le domaine de l’Application Delivery niveau 4-7 issus du rachat en 2000 d’Alteon WebSystems pour 18 millions de dollars. Elle est aujourd’hui bouclée. Les actifs achetés par Radware concernent les produits Nortel suivants : Application Accelerator 510 et 610 ainsi que Application Switch 3408E, 2424E, 2424 SSL E, 2216E et les gammes de produits 2208E.

Nortel a jusqu’au 1er mai pour présenter un plan de restructuration devant lui éviter un démantèlement complet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur