Avec la RHEL 6.1, Red Hat veut battre tous les records de virtualisation

CloudVirtualisation

Grâce aux améliorations apportées à son hyperviseur KVM, Red Hat espère bien faire de son OS RHEL 6.1 un champion de la virtualisation.

La distribution Linux RHEL 6 (Red Hat Enterprise Linux 6) a été lancée officiellement le 6 novembre 2010. La firme dévoile aujourd’hui la première mise à jour de ce produit. En toute logique, la RHEL 6.1 reprend les fonctionnalités dévoilées par l’éditeur lors de son Red Hat Summit de Boston : le support du matériel, les performances et l’interopérabilité sont en hausse, les outils de développement ont été mis à jour et les problèmes de gestion de l’énergie sont de l’histoire ancienne.

La firme axe toutefois le plus gros de ses efforts et de sa communication sur l’hyperviseur KVM, lequel a été au centre de toutes les attentions, car il répond aux besoins des marchés de la virtualisation et du cloud computing. Ainsi, tout a été fait pour réduire la charge système et les taux de latence induits par cet hyperviseur. Grâce à ces améliorations, la compagnie promet de battre de nouveaux records au benchmark SpecVirt.

« La Red Hat Enterprise Linux 6.1 continue d’être le fer de lance de l’innovation sous Linux, au travers de charges de travail prenant la forme de déploiements physiques, virtuels ou sur le cloud. Nous sommes heureux d’offrir aujourd’hui ces nouvelles fonctionnalités à nos clients », déclare Jim Totton, vice-président et directeur général platform business de Red Hat.

De nombreuses autres nouveautés sont de la partie, dont certaines concernent la gestion des systèmes de stockage, de la haute disponibilité et de l’identité. Des sujets clés dans le monde des serveurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur