Pour gérer vos consentements :
Categories: Composants

Avec le processeur Intel Knights Landing, l’exascale se rapproche

Le processeur Intel Knights Landing succèdera à l’actuel Knights Corner (Xeon Phi) à l’horizon 2015. Il devrait jouer un rôle majeur pour le passage à l’exascale avant la fin de la décennie.

Des TFLOPS à profusion

Contrairement au Knights Corner uniquement proposé sous forme de carte PCIe pour jouer le rôle de coprocesseur, le processeur Knights Landing sera également proposé en boîtier pour socket LGA.

Le Knights Landing arrivera avec la promesse d’une puissance de calcul de 3 teraFLOPS par socket en double précision et 6 teraFLOPS en simple précision.

Exit les coeurs Pentium P54C mis en oeuvre dans les Knights Corner, ils seront remplacés par des coeurs Airmont (des Silvermont gravés en 14 nm) à 4 threads par coeur. La puce pourra en intégrer jusqu’à 72 et aura recours au jeu d’instructions AVX-512.

Cette puissance de calcul élevée se doublera d’une efficience énergétique record puisqu’on peut s’attendre à des valeurs comprises entre 15 et 16 gigaFLOPS par watt, avec une enveloppe thermique plafonnant à 200 watts.

Knights Landing-F avec Interconnexions Cray pour le passage à l’exascale

Les ressources mémoires seront à l’avenant puisque le boîtier du Knights Landing intègrera jusqu’à 16 Go de DRAM superposées au processeur. Leur bande passante pourra atteindre 500 Go/s. Ils seront épaulés par jusqu’à 384 Go de DDR4-2400 sur la carte mémoire et disposeront de 36 lignes PCIe 3.0.

Mais, ce n’est pas tout puisque dans le courant de l’année 2015, Intel lancera la déclinaison Knights Landing-F qui disposera d’une interconnexion Cray pour le HPC (Calcul à Haut Performance) à 100 Gb/s via 32 lignes PCIe 3.0. En avril 2012, Intel avait acheté la technologie d’interconnexion développée par Cray pour les supercalculateurs.

Les intégrateurs pourront ainsi connecter plusieurs Knights Landing-F via des liens optiques de type QSFP.

Knights Landing-F plus interconnexions de Cray devraient être la combinaison gagnante pour assurer le passage des supercalculateurs à l’exascale.

Photo CEA Bull-supercalculateur-tera-100_1-petaflops

Recent Posts

Chargeur universel : l’USB-C, spectre mondial pour Apple

L'aboutissement des démarches de l'UE sur la question du « chargeur universel » a suscité…

36 minutes ago

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

15 heures ago

Open Source : la Fondation Linux veut normaliser l’accès aux DPU

L’effort porte sur la standardisation de la pile logicielle prenant en charge les processeurs de…

17 heures ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

18 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

22 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

2 jours ago