Avec l’iPhone Apple veut laisser la concurrence aphone

Régulations

Et si possible, renouer avec le succès planétaire de l’iPod lancé en 2002?
Retour sur le parcours d’un des produits les plus attendus de l’année

Steve Jobs affiche sa sérénité. Il faut dire qu’aux États-Unis le marché s’impatiente et certains journaux parlent même d’iPhonemania?

Autant dire que le pays est touché de plein fouet par une nouvelle folie consumériste qui devrait commencer à s’atténuer avec la vente au compte-gouttes des premiers modèles qui seront disponibles à partir de demain 29 juin 2007 dans les échoppes américaines. La date du lancement européen est encore inconnue?

L’iPhone n’est pas un téléphone comme les autres. Son histoire avait pourtant mal commencé. En janvier 2007, Apple présente son projet lors de la conférence MacExpo. Mais dés le début la pomme rencontre un premier couac.

En 1996, InfoGear avait déposé la marque ‘iPhone’ aux États-Unis. Racheté en 2000 par Cisco, ce ‘trademark” est entré dans le panier de la mariée.

Puis Linksys, filiale de Cisco, avait quelques jours avant la firme de Cupertino présenté un téléphone mobile sous le nom ‘iPhone’.

Reste une inconnue, la technologie embarquée dans l’iPhone va t-elle être à la hauteur des attentes des macophiles et autres accros de la technologie ? dés le début de l’année les rumeurs circulent, l’iPhone va t-il embarquer un processeur ARM. Une petite annonce d’Apple pour le recrutement d’un ingénieur réseaux disposant de connaissances sur Mac OS X, les plates-formes embarquées (embedded) et en particulier les processeurs ARM, a dans tous les cas éveillé l’attention des médias.

Mais ce premier obstacle n’empêche pas le géant américain d’augmenter ses revenus trimestriels de 25%, porté par le succès incontestable de l’iPod. Rassuré, Steve Jobs affiche sa confiance, car oui, “tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes à la pomme…”

Selon les termes de l’accord, non publiés en détail, l es deux parties auront le droit d’utiliser la marque iPhone, avec une contrepartie : explorer largement toutes les possibilités d’interopérabilité entre les produits des deux firmes, qu’il s’agisse de sécurité, de communications grand public ou en entreprise.

De son côté, le géant de la recherche sur internet, Google, planche sur un Gphone. “Le projet n’est pas une priorité”, affirme le CEO du groupe Eric Schmidt mais Google s’intéresse de plus en plus, à la téléphonie ne serait-ce que pour y développer des versions mobiles de ses services Web?

Pour Microsoft, et son impayable CEO, Steve Ballmer, l’iPhone va être un échec !” Dans un entretien avec le quotidien USA Today, Steve Ballmer ne voit aucune part de marché à prendre pour l’iPhone, le mobile concocté par l’ennemi de toujours

iPhone : la dernière ligne droite

Finalement, la pomme obtient dés la fin mai l’autorisation de la FCC (Federal Communications Commission) pour commercialiser son téléphone. Dés la publication de la FCC, l’action d’Apple a signé un joli sursaut de 2,2% dès la confirmation lancement de l’iPhone pour le 29 juin 2007.

La rédaction se silicon.fr se penche sur les forces et les faiblesses du futur combiné. Ce dernier s’il promet d’être design et ergonomique va tout de même coûter la bagatelle de 500 dollars et il n’est pas 3G. Par contre, le groupe va permettre une forte interaction avec sa plate-forme de téléchargement iTunes et installer une version allégée de Mac OS X dans le terminal? Bref, “c’est un ordinateur mobile qui fait téléphone” comme le souligne un lecteur !

Après avoir mécontenté la communauté Apple avec une stratégie fermée, voici que le fabricant vire de bord et annonce qu’il donnera un accès à sa technologie via le Net. Il y a de quoi décontenancer son monde! Le 12 juin, Cupertino a surpris les médias et les développeurs en annonçant que l’iPhone allait être ouvert aux développeurs et à leurs applications?

La valse des opérateurs

L’iPhone est vraiment une très grosse cerise pour les opérateurs, et Steve Jobs en grand gourou du marketing n’aura pas besoins de prier devant l’autel du Dieu dollars. Le géant américain a envoyé un message clair aux opérateurs mobiles européens : pour facturer les abonnés, il faudra désormais compter avec lui. Aux USA, l’opérateur a été désigné, il s’agit d’AT&T, par contre en Europe tout reste à faire?

L’iPhone n’est pas encore livré en Europe qu’il se fait déjà désirer, comme une star sur la Croisette…A deux jours du lancement officiel de l’iPhone aux États-Unis, les rumeurs sur le lancement européen se multiplient.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur