[MàJ] L’avenir de Dell reste incertain

Régulations

Les actionnaires de Dell doivent voter pour ou contre le projet de rachat du numéro trois mondial du PC par son fondateur. Ses opposants, dont Carl Icahn, jouent les trouble-fête.

Dell joue son avenir ce jeudi 18 juillet à travers un vote d’actionnaires relatif au projet de rachat de la multinationale par son fondateur Michael Dell et le fonds Silver Lake. Toutefois, ses opposants, dont l’investisseur Carl Icahn associé au gestionnaire d’actifs Southeastern Asset Management, pourraient créer la surprise.

Dans ce climat tendu, un report du vote décisif n’est pas exclu.

Qui va l’emporter ?

Michael Dell et Silver Lake ont proposé en début d’année une opération de rachat à effet de levier (LBO) qui entraînerait un retrait de la Bourse du troisième vendeur de PC au niveau mondial. Le prix du rachat de l’ensemble a été fixé à 13,65 dollars par action, soit une prime de 25% par rapport au cours de l’action le 11 janvier, en amont de la publication des premières rumeurs sur le potentiel retrait de la cote.

L’opération valoriserait la société 24,4 milliards de dollars. Michael Dell, qui détient plus de 14% des parts du groupe, cherche ainsi à conforter son leadership et réorganiser, à l’abri des marchés, l’activité de l’entreprise freinée par le recul du segment PC.

Face à lui, le très influent Carl Icahn, qui détient 8,7% de Dell. Opposé au retrait du Nasdaq et au LBO qui sous-évaluerait la firme texane, le milliardaire propose en plus d’un programme de rachat d’actions à 14 dollars par titre, des bons de souscription qui permettraient aux détenteurs d’échanger des actions supplémentaires.

Le milliardaire, qui parie sur une forte augmentation du cours de l’action Dell, envisage de prendre le contrôle de 72% du groupe, maintenir la société cotée et évincer son fondateur de la direction exécutive… sans convaincre le comité spécial du conseil d’administration (CA) de Dell. Ce dernier ayant refusé mardi de lui apporter son aval.

Le comité spécial n’accepte pas les termes d’une contre-offre qui implique le remplacement des membres du CA par des administrateurs soutenus par Carl Icahn et Southeastern… De son côté, Michael Dell, qui resterait « neutre » lors du scrutin capital, peine à persuader une majorité d’actionnaires du bien-fondé de son LBO.

Dans les deux cas, le groupe s’endetterait et devrait obtenir des prêts pour soutenir son activité.

Faites vos jeux !

Les sociétés de conseil aux actionnaires Institutional Shareholder Services (ISS), Glass Lewis et Egan-Jones ont émis des recommandations en faveur de l’offre de rachat formulée par Michael Dell et Silver Lake.

En revanche, le fonds T. Rowe Price, qui détient environ 4% de Dell, refuse de soutenir le LBO. Et, d’après le Wall Street Journal, jusqu’à 30% des actionnaires seraient opposés au rachat. Quant au fonds texan Yacktman Asset Management, il estime que la proposition de Carl Icahn constitue une meilleure alternative…

Ce jeudi, à moins d’un report, les actionnaires sont appelés à voter pour ou contre l’offre présentée par le fondateur de Dell. Un vote positif doucherait les espoirs de Carl Icahn, alors qu’un vote négatif lui permettrait d’avancer ses pions, autrement dit renverser l’actuel conseil d’administration, lors d’une prochaine assemblée générale.

Les craintes quant à l’avenir de Dell ont fait reculer le titre de 1,08% à 12,88 dollars mercredi.

[Mise à jour 15h45 : L’assemblée générale des actionnaires de Dell a été ajournée et repoussée au 24 juillet.]


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous l’histoire de Dell ?


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur