Pour gérer vos consentements :
Categories: Réseaux

L’avenir de la fibre optique ? Et si c’était la ligne téléphonique

En matière de très haut débit fixe, il existe essentiellement deux solutions en France : la fibre optique à domicile (FTTH) des opérateurs nationaux ou le câble sur technologie Docsis 3.0 sur backbone optique de Numericable. Mais une troisième voie pourrait émerger au-delà des alternatives sans fil (satellite ou, plus expérimentale, LTE) : le FTTDP (pour Fiber to the Distribution Point).

A l’inverse du FTTH qui se substitue à l’ensemble de l’infrastructure cuivre, le FTTDP entend réutiliser une partie du câblage existant (paire de cuivre de la ligne téléphonique ou réseau coaxial) sur la partie terminale que l’on vient relier au réseau fibre de l’opérateur. De quoi palier les freins au déploiement de la fibre optique sur les derniers mètres du réseau (notamment les accès aux appartements dans les immeubles ou l’onéreuse distribution de fibre dans les quartiers pavillonnaires).

Des questions sur la maturité de la solution

Les technologies permettant de coupler la fibre optique à un réseau cuivre sont aujourd’hui prêtes et en passe d’être expérimentées par Orange notamment (lire Matthieu Bourguignon (Alcatel-Lucent) : « Accélérer la pénétration du très haut débit en France »). La solution proposée par Alcatel-Lucent s’appuie par exemple sur le VDSL2 et permet d’atteindre 1 Gbit/s sur des distances de réseau cuivre inférieures à 100 mètres (soit, raisonnablement, des débits de 100 Mbit/s garantis par foyer). Une solution satisfaisante sur le papier pour accélérer le déploiement du très haut débit en France même si le FTTH reste l’idéal à atteindre à terme.

Il n’en reste pas moins « que l’architecture FTTDP soulève de nombreuses questions, en particulier sur la maturité des solutions techniques et sur leur compatibilité avec le contexte français » note l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) qui a réuni un groupe de travail avec opérateurs, collectivités et équipementiers « pour évaluer les intérêts potentiels de cette solution et envisager des scenarii de mise en œuvre ».

Consultation publique

Il s’agira notamment de statuer sur les modalités du raccordement (par l’opérateur commercial ou à travers une formule mutualisée), de valider une configuration d’architecture évitant les perturbations électromagnétiques et réglant diverses questions technico-commerciale comme la responsabilité de l’entretien de la terminaison cuivre ou les obligations, pour Numericable, de fourniture de service antenne. Quid de ce service en cas de raccordement au câblo-opérateur via FTTDP ? Enfin, il faudra s’assurer qu’un tel raccordement ne compromette pas le déploiement, dans un avenir plus ou moins proche, de la fibre jusqu’à l’utilisateur final.

Pour l’heure, et après trois réunions de travail (en juin et septembre 2013 puis janvier 2014), le régulateur n’a pas formulé de conclusion « quant à l’intérêt de l’architecture FTTDP dans le contexte du marché français  ». L’Autorité attend les retours d’expérimentation, mais aussi les avis des acteurs du secteur. C’est pourquoi l’Arcep a ouvert une consultation publique afin de « donner la possibilité à l’ensemble des acteurs concernés de s’exprimer sur le sujet, de réagir aux conclusions du groupe de travail et d’apporter, le cas échéant, des éléments complémentaires ». Ce que les intéressés pourront faire par courrier postal ou par email (à thd@arcep.fr) avant le 28 avril prochain afin de lever les derniers obstacles à la mise en œuvre du FTTDP.

crédit photo © Chubykin Arkady – shutterstock


Lire également
Idate : « La France n’a pas à rougir de son très haut débit »

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago