Blockchain et ROI : une question de temps et/ou d’urgence ?

Blockchain

Passé l’effervescence initiale, toute innovation passe par cette phase critique où elle doit faire ses preuves … ou prendre le chemin du cimetière des révolutions mortes-nées. La Blockchain en est là aujourd’hui.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Exit la fièvre des ICO, exit l’adoption enthousiaste par les directions de l’innovation, l’heure est à l’évaluation, par les comex, de son ROI réel. Et la réponse n’est pas évidente.

En effet, pour avoir une valeur business, un projet Blockchain doit satisfaire à 4 critères :
– s’appuyer sur une solution technologique et un cadre matures ;
– offrir une valeur utilisateur spécifique par rapport à un système centralisé ;
– offrir des perspectives de réduction des coûts (ou mieux de nouveau business) ;
– faire (nettement) mieux que le système « off-chain » qu’on entend remplacer (et qui est déjà amorti, bien souvent).

Or si l’on reprend les perspectives de rentabilité entrevues il y a deux ans, la réalité est décevante. Les cryptomonnaies, de leur côté, sont trop volatiles pour concurrencer les monnaies FIAT et manquent d’un cadre légal pour rallier les grands opérateurs (malgré des initiatives prometteuses comme celle, récente, du JP Morgan Coin).

Les projets de nouvelle gouvernance des consortia commerciaux, par ailleurs sont complexes car ils exigent d’aligner des pratiques business inédites sur un cadre technique encore mouvant comme le montrent l’Energy Web Foundation ou R3 dans le secteur bancaire.

Enfin la fameuse « disruption du tiers de confiance » se heurte … à l’efficacité, justement, des tiers de confiance existants (des notaires à Euronext), jugés fiables et correctement intégrés aux process dans les économies capables de financer une éventuelle transition.

Ainsi, du côté des monnaies virtuelles, de l’automatisation contractuelle et de la notarisation – trois des familles de cas d’usage jugées initialement les plus prometteurs – le ticket d’entrée pour le nouveau monde de la Blockchain apparait souvent trop élevé par rapport aux bénéfices attendus sur l’ancien.

Traçabilité et tokenisation, des atouts uniques

Alors est-ce « l’hiver de la Blockchain » comme le prophétisent certains ? Quelques microclimats locaux laissent d’ores et déjà entrevoir le printemps ; deux cas d’application, en particulier, se détachent nettement.

D’une part, la traçabilité. Aucun système ne permet mieux de « traquer » une filière que la Blockchain. Outre l’absolue fiabilité des données, elle permet de suivre d’innombrables indicateurs (provenance, qualité, impact climatique et carbone …), de les restituer de façon diversifiée (du QR code à l’explorateur de blocs) et de les valoriser tout au long de la chaine beaucoup plus efficacement que les labels ou les certifications actuels.

Ainsi, grâce à la Blockchain, un même outil permet de structurer un réseau clients fournisseurs, d’alimenter le rapport RSE et de sécuriser le consommateur final.

Les initiatives B-to-B, par exemple appliquées au suivi de produits agricoles (mais pas seulement), sont déjà solides et la diffusion au grand public imminente. Le ROI va de l’amélioration des supply chains (partout) à des ventes additionnelles (dans les secteurs en crise de confiance).
On pense bien sûr à ceux touchés par la contrefaçon (luxe, médicaments, pièces de rechange …) ou par le manque de lisibilité (environnement, énergie, agro-alimentaire …). Les acteurs qui restent à l’écart du mouvement se mettent clairement en risque à terme.

D’autre part, la tokenisation. La Blockchain porte de façon native les principaux outils d’un marché : identification des contreparties, création d’actifs, gestion de portefeuille, règlement-livraison … L’inscription d’actifs sous forme de token permet donc de bénéficier d’infrastructures immédiates, plus efficaces et à coût réduit. La plupart des opérateurs des principales places testent le ROI de la Blockchain dans ce cadre, individuellement ou au sein d’alliance tel Komgo.io.

Mais surtout, la Blockchain offre des perspectives pour les secteurs où le marché est peu ou mal structuré. On pense par exemple aux échanges d’énergie pair-à-pair, au marché de la compensation carbone volontaire ou encore au suivi d’indicateurs d’impact comme ceux des objectifs de développement durable. Dans ce cadre la Blockchain ne fait pas mieux que le marché : elle crée le marché.

Le ROI ne doit pas être une priorité aujourd’hui

En résumé, si la Blockchain peine encore à établir et prouver son ROI sur les sujets bien structurés malgré une plus-value technologique reconnue, elle offre de formidables perspectives économiques sur les volets fragiles ou émergents de notre économie. Elle s’impose comme la meilleure réponse aux crises de confiance ou à la nécessité d’offrir des mécanismes de marché à la nouvelle économie : celle de la transition climatique. Autrement dit, sur les principaux enjeux, selon toute vraisemblance, des années à venir.

La question du ROI n’est donc qu’une question de temps et / ou d’urgence. Et sur cet aspect-là, le cadre légal, fiscal et réglementaire et les initiatives de place seront des accélérateurs essentiels … ou des freins critiques.

La « blockchain nation » appelée de leurs vœux par les pouvoir publics français sera-t-elle au rendez-vous ? A ce stade, la réponse n’est pas certaine.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Auteur
En savoir plus 
Partner
FUTURS.IO ( groupe Maltem)
Loïc POUJOL est Partner de FUTURS.IO ( groupe Maltem)
En savoir plus 

Livres blancs A la Une