Software Delivery Management : une approche DevOps 2.0

DéveloppeursLogicielsProjets

Avec une approche SDM, les outils DevOps, souvent purement fonctionnels, sont intégrés dans un système de gestion global. Il n’y a pas de concurrence entre la chaîne d’outils existante et le système SDM.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Aujourd’hui, la plupart des entreprises intègrent des systèmes informatiques tels que les progiciels de gestion intégrés (ERP) ou de gestion de la relation client (CRM). Ceux-ci relient en effet différentes sources de données et différents processus métier pour fournir aux décisionnaires une vue d’ensemble sur les activités de l’entreprise, servant également de base pour la planification.

La livraison de logiciels répond également à ce besoin avec une approche innovante nommée Software Delivery Management (SDM) permettant de connecter les développeurs et les différentes parties prenantes à tous les niveaux, y compris à celles de la direction et des équipes spécialisées telles que les ventes, le marketing, le support client, la comptabilité ou la facturation.

Une vision unifiée du développement

Les développeurs ont traditionnellement exercé au sein d’un département relativement indépendant. Avec l’adoption du modèle DevOps et l’automatisation du déploiement continu ces dernières années, les équipes de développement ne sont plus mise à part. En effet, alors qu’avant chaque équipe était considérée comme une entité distincte, une approche intégrée est désormais la nouvelle norme grâce au développement agile des logiciels.

Les équipes sont ainsi plus étroitement liées et les procédures mieux intégrées. L’introduction de DevOps et de l’automatisation ayant permis une plus grande agilité pour les entreprises qui l’ont adoptée, l’approche Software Delivery Management propose maintenant d’unifier l’ensemble des processus de l’entreprise. La livraison des logiciels n’occuperait alors plus une position isolée mais, comme l’ERP ou le CRM, deviendrait un processus métier de base.

La prochaine étape : l’approche Software Delivery Management

Le SDM relie les outils, les équipes et les processus pour fournir une vue unifiée sur ce qui se passe, de manière holistique et tout au long de la livraison de logiciels. Les systèmes et les procédures correspondantes sont alors intégrés et les workflows des utilisateurs non-développeurs deviennent également partie intégrante du système. Pour cela, l’utilisation d’un système d’enregistrement avec un modèle de données commun est nécessaire.

Tout comme les ERP ou CRM, le SDM peut être déployé à l’échelle de l’entreprise afin de donner une visibilité à toutes les parties prenantes. Le suivi des différentes étapes par le système permet alors à tous les services de disposer d’une visibilité sur l’état des versions de bout en bout et d’ajuster leur planification en conséquence. Il s’agit notamment des services qui, par le passé, n’avaient aucune visibilité sur la livraison des logiciels, comme par exemple les finances, les ventes et le marketing.

Alors pourquoi ces équipes qui n’avaient jusque-là que très peu voire aucune information sur les nouvelles versions de logiciels, doivent-elles disposer d’une visibilité sur le processus de livraison ?

· La visibilité sur l’état des versions permet aux services financiers de prévoir les revenus anticipés de l’entreprise avec plus de précision.

· Les équipes de ventes peuvent connaître les comptes qui bénéficieront des nouvelles fonctionnalités et prévoir alors les transactions à venir en fonction de la version. Ces prévisions, à leur tour, s’additionnent à celles que les services financiers créent pour projeter les revenus globaux de l’entreprise.

· L’équipe marketing peut planifier plus précisément les activités de prospection sur la base des lancements produits et de leurs disponibilités.

· En bref, chaque équipe fonctionne plus efficacement et permet d’optimiser les sorties des logiciels.

Une planification optimale

Une meilleure visibilité et une collaboration accrue permettront également de résoudre un dilemme historique. Les éditeurs de logiciels planifiaient en effet les nouvelles versions sur la base d’un plan marketing prédéfini. Certes, cela était compréhensible car les actions de communication devaient être programmées bien à l’avance.

Cependant, il n’était pas habituel que le planning des équipes marketing et de ventes, et celui des équipes logiciels coïncident – et c’était même plutôt le contraire. Ce manque de collaboration menait souvent à une mise sur le marché de logiciels non-aboutis, ou de longs retards, tandis que les équipes attendaient avec impatience le déploiement du produit. Les fournisseurs de logiciels devaient alors résoudre les problèmes dans l’environnement de production – avec parfois des conséquences négatives affectant l’ensemble des parties prenantes.

L’approche SDM résout ce problème en intégrant la livraison de logiciels à la base de l’entreprise. Chaque service devrait avoir accès à des informations en temps quasi réel sur l’état du développement du produit, et ce avec plus de détails que proposerait une coordination manuelle. Le système SDM permet en effet de suivre tout le processus et de rendre les informations visibles par tous.

Des produits à la pointe de l’innovation

Si de nouvelles tendances émergent dans le marché, chez les clients ou les prospects, l’entreprise doit rapidement pouvoir les intégrer au processus de développement. De cette manière, le développement de certaines fonctions peut être accéléré et l’impact sur le planning et les délais est alors immédiatement visible. Grâce à une agilité accrue, il est désormais possible de réagir plus rapidement à la demande du marché.

Alors que l’intégration et le déploiement continus accélèrent le développement et la livraison des logiciels, l’approche SDM démocratise l’accès aux informations pour toutes les équipes, de sorte que tout le monde bénéficie des mêmes données et que chacun ait une visibilité sur le statut du produit.

La mise en œuvre concrète

En pratique, un système SDM se compose de quatre piliers :

1. Données communes : Toutes les informations relatives à la livraison de logiciels sont saisies et stockées dans un modèle de données commun afin de faciliter la collaboration.

2. Informations partagées : La visibilité par tous sur les informations permet la compréhension et l’apprentissage continus basés sur des données communes et accessibles dans les services et à chaque niveau de la hiérarchie.

3. Processus communs et connectés : Des processus connectés permettent de transformer les idées en véritable valeur commerciale avec une visibilité et un taux d’adoption optimaux.

4. Collaboration de tous les services : Toutes les équipes impliquées, directement ou non, dans la livraison de logiciels travaillent ensemble pour maximiser les efforts de création de valeur. Fini le temps où l’on recueillait manuellement les informations pour compiler des rapports, et les réunions interminables pour échanger sur la situation de chacune des équipes.

Avec une approche SDM, les outils DevOps, souvent purement fonctionnels, sont intégrés dans un système de gestion global. Il n’y a pas de concurrence entre la chaîne d’outils existante et le système SDM. Les développeurs peuvent donc continuer à utiliser les meilleurs outils de chaque catégorie et les investissements déjà réalisés ne sont pas perdus. Les équipes de développement conservent également leur liberté et leur flexibilité, tout en bénéficiant d’un mode de travail toujours plus collaboratif. De cette manière, le développement de logiciels peut être adapté à l’humain – et non l’inverse.

La livraison de logiciels dans le contexte du COVID-19

La pandémie va très certainement faire exploser la demande de logiciels DevOps. Au fur et à mesure que nous évoluerons vers une nouvelle norme du télétravail, une automatisation complète et des systèmes d’information communs s’imposeront. Les responsables et autres parties prenantes aux produits voudront s’assurer que toutes les équipes sont alignées et travaillent selon des procédures et des objectifs communs.

En outre, la nécessité de développer de nouveaux logiciels, tout en modifiant les existants pour prendre en charge la digitalisation des processus physiques et manuels dans tous les secteurs, entraînera une demande de nouveaux projets et donc de nouveaux outils.

Toutefois, les équipes logiciels seront obligées de créer et déployer ces nouveaux projets et outils de manière très rapide et sans budget supplémentaire pour autant. Il sera alors essentiel pour les entreprises de reconnaitre la livraison de logiciels comme un processus métier de base – non seulement pour prospérer dans le contexte actuel, mais aussi pour tirer parti des nouvelles opportunités qui se dessinent alors que d’autres entreprises seront plutôt occupées à chercher de l’aide pour s’adapter.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Auteur
En savoir plus 
Product Manager
CloudBees
Michael Baldani est Product Manager chez CloudBees
En savoir plus 

Livres blancs A la Une