Technologies cloud natives : les dirigeants doivent trouver une orientation stratégique

CloudLogiciels
aws-cloud-act

La technologie ne réinventera pas, comme par magie, vos activités, ni n’élucidera tous vos problèmes. Une orientation stratégique, du cran et de la détermination sont indispensables. 

Chaque entreprise affronte son lot de difficultés. Vous-même avez une affaire à faire tourner, sur un marché en mutation, en jonglant avec les impératifs versatiles des clients. Or, si la technologie peut vous aider à venir à bout de certains obstacles, elle n’est pas une stratégie en soi. 

Nombre de dirigeants avec lesquels j’ai eu l’occasion d’échanger sont tellement absorbés par les choix technologiques auxquels ils sont confrontés qu’ils ne se rendent même pas compte que la technologie proprement dite relève, à bien des égards, d’une décision mineure.

Dans les cinq années qui viennent, l’essor du modèle cloud natif transformera complètement les fondements que nous jetons et sur lesquels nous nous appuyons au quotidien — de la culture d’entreprise au développement de produits en passant par les workflows développeurs. 

Si votre stratégie est bien ficelée et novatrice, cela fera une énorme différence : votre entreprise surfera alors probablement sur cette vague de succès au lieu de rejoindre une légion de structures indécises.

Penser pour aujourd’hui et demain

S’agissant de l’expression « transformation digitale », je l’associe à trois principes auxquels je reviens systématiquement : une capacité d’innovation accrue, la faculté à mettre en œuvre plus rapidement de nouvelles idées, et une plus grande réactivité aux évolutions du marché et aux impératifs versatiles des clients. 

Bien que nous parlions volontiers de basculement technologique, et plus volontiers encore d’orientation vers une technologie en particulier, je vous mets au défi de ne pas vous cantonner à ce simple paradigme. Si l’adoption d’une nouvelle technologie est de nature à stimuler l’innovation, elle n’est, à vrai dire, nullement une finalité.
Je vous invite bien plutôt à l’envisager comme une adaptation — à de nouvelles méthodes de travail, de fonctionnement et de développement de votre entreprise.

Je comprends parfaitement les dirigeants qui sont aux prises avec ces difficultés. Vous jonglez avec une activité et une pile technologique (voire plusieurs) qu’il vous faut gérer, tout en vous efforçant de planifier l’avenir. Avenir qui demeure, dans une large mesure, incertain. Somme toute, la situation est inconfortable pour les responsables informatiques et métiers. 

Comment réorienter votre culture d’entreprise de manière à pouvoir vous adapter à ces nouvelles évolutions ? Quelles technologies faut-il retenir pour jouir d’une certaine faculté d’adaptation à l’avenir — indépendamment de ce que ce dernier nous réserve ? 

Vous courez forcément un risque, face à un choix aussi vaste d’options. Et vous ne voulez pas être prisonnier d’une technologie que l’on accusera peut-être de tous les maux dans trois ans.
Croyez-moi, je comprends. La rapidité des bouleversements technologiques peut s’avérer déconcertante. Nombre de dirigeants ignorent d’ailleurs ce qu’il adviendra de leur entreprise dans trois ans, à plus forte raison à quoi ressemblera l’état des lieux de leurs technologies. 

C’est certes loin d’être simple, mais je vous encourage à vous laisser guider, dans vos choix, par la situation actuelle de votre entreprise et celle qu’elle entend atteindre demain.
En définissant une orientation stratégique solide pour parvenir à l’objectif que vous fixez à votre entreprise, et en l’étayant avec un programme de changement culturel et d’adoption technologique.

Vos choix technologiques doivent servir vos résultats commerciaux, et non l’inverse. 

Cette double approche introduisant davantage de souplesse dans le parcours, vous pouvez prendre des décisions plus globales de manière progressive — sans avoir à démolir, puis rebâtir tout ce que vous avez construit. 

« Ce sera censément difficile »

Mon conseil ? Prenez du recul, analysez le marché, votre situation et assignez un objectif à votre entreprise.
Le passage au cloud n’est pas un objectif. En revanche, la capacité à programmer des logiciels et à innover plus rapidement, afin de demeurer compétitif sur le marché qui est le vôtre ou de le cibler autrement, en est un.

La constitution d’équipes agiles, l’adoption de nouvelles technologies cloud natives ou le transfert de certaines charges de travail dans un cloud public sont des éléments de réponse, sans constituer pour autant l’intégralité de la communication narrative de votre entreprise.

Notre adhésion au cloud est pratiquement courue d’avance. Il importe davantage de prendre en compte la manière dont les technologies cloud natives s’imposent aujourd’hui comme les bases sur lesquelles nous édifions l’avenir.

Je suis passionnée de technologies, et du cloud en particulier (jusqu’à en avoir fait ma profession). Néanmoins, je préconiserais de vous intéresser moins aux dernières technologies en date qui font la une des revues spécialisées qu’aux stratégies faisant sens pour votre entreprise.
Dialoguez avec vos équipes, vos développeurs, vos collègues dans des secteurs convergents, et trouvez une orientation stratégique allant au-delà de la simple migration dans le cloud. 

Si la démarche se révèle plus difficile dans les entreprises anciennes, elle s’avère corsée dans les petites structures également. À moins de faire partie de celles qui opèrent régulièrement leur métamorphose, le processus risque d’être nouveau et délicat. Et sans doute aurez-vous plus d’une fois l’impression de vous tromper ! Qu’importe : restez fidèle à ce qui importe le plus à votre entreprise et à ce qui contribuera à son succès par la suite. Relevez le défi. Tout le monde n’a pas les compétences, la volonté et le cran pour y parvenir.

Auteur
En savoir plus 
Directrice
Cloud Foundry Foundation
Abby Kearns est Directrice de la Cloud Foundry Foundation
En savoir plus 

Livres blancs A la Une