Backup to the Future : Guy Churchward, « Nous continuons de faire évoluer nos systèmes »

Cloud

Guy Churchward, président de la division Backup Recovery Systems d’EMC, revient pour nous sur la stratégie du groupe dans le domaine du backup/recovery et sur sa vision du futur.

En direct de New York : Guy Churchward est le président de la division Backup Recovery Systems d’EMC. Nous avons pu l’interroger à la suite des annonces d’EMC dans ce domaine (lire nos articles « Backup to the Future : EMC prépare sa révolution » et « Backup to the Future : les annonces »).

Silicon.fr : Vos dernières annonces participent plus de la mise à niveau. Que nous réservez-vous pour le futur ? Et à quand une version VM de Data Domain ?

Guy Churchward : Nous continuons de faire évoluer nos systèmes vers une architecture archi-scalable, capable de traiter des volumes de données de plus en plus grands. Quant à la virtualisation, il s’agit de nous transformer en une plateforme virtuelle. Pour cela, nous devons assurer nos clients dans leur capacité à créer une infrastructure hybride.

C’est pour cela qu’une version logicielle de Data Domain a du sens, car la majorité de la valeur des IT est dans le logiciel. Nous regardons le backup et ajoutons des fonctionnalités via l’hyperviseur de stockage, avec Data Domain en tier de protection. N’oublions pas cependant que le RTO (Recovery Time Objective) doit être on premise.

Où trouvez-vous les ressources des nouvelles performances ?

Guy Churchward, président de la division Backup Recovery Systems d'EMC
Guy Churchward, président de la division Backup Recovery Systems d’EMC

D’une part des nouveaux composants (chip) d’architecture, d’autre part de la nouvelle plateforme. Il est facile d’intégrer une nouvelle technologie Intel, mais nous devons viser également la réduction des coûts, et pour cela optimiser le logiciel pour la plateforme. Il n’y a personne en dessous de nous, c’est pourquoi nous avons besoin de processus qualifiés et optimisés.

Vous semblez effleurer la question du Big Data. Qu’elle en est la problématique du côté de la sauvegarde ?

Le problème du Big Data, c’est l’hétérogénéité des données et de leurs localisations, qui influe sur la stratégie de sauvegarde. Cette dispersion modifie la fenêtre du backup. Et nous devons nous assurer d’abord de ne pas avoir de goulet d’étranglement.

C’est aussi pour cela que nous avons créé une vision d’infrastructure avec le backup au centre, car la base de données est devenue trop grosse. Nos développements portent également sur le support multi file-systems.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur