Pour gérer vos consentements :

Barack Obama en mode cyber-représailles contre la Russie

Le droit international du cyberespace se prépare à connaître ce qui ressemble aux prémices d’une cyberguerre. En effet, Barack Obama, Président des Etats-Unis, a expliqué dans un entretien à la radio NPR «[qu’il] est clair que si un gouvernement étranger, quel qu’il soit, tente d’entacher l’intégrité de nos élections, alors nous devons agir». Et d’ajouter : « Nous allons prendre des mesures, certains seront publiques, d’autres non. » Le gouvernement étranger cité par Obama n’est autre que la Russie avec en point de mire son dirigeant, Vladimir Poutine. L’ombre de la Russie plane sur les récentes élections présidentielles américaines.

Soupçons de plus en plus forts

L’administration américaine a demandé aux agences de renseignements d’enquêter sur les cyberattaques menées contre le parti démocrate et sur les soupçons d’influence ou d’ingérence d’un Etat étranger dans les élections du pays. Pour la CIA, l’implication de la Russie ne fait aucun doute et estime même que Vladimir Poutine en personne serait impliqué dans cette opération de déstabilisation.

De même les enquêtes sur le vol de données du parti démocrate démontrent que les pirates travaillent pour la Russie. Un long article du New York Times raconte comment les pirates ont envoyé un mail au directeur de campagne de Hillary Clinton, John Podesta. Ce dernier a sollicité la direction informatique pour vérifier la véracité du mail. Hélas, l’informaticien qui a vérifié ce message a fait une erreur de frappe et à validé le courriel en le déclarant « legitimate » au lieu de « illegitimate ». Bingo pour les pirates qui ont pu siphonner à loisir la base de données du parti et les messages.

Un éventail de cyber-représailles

Pour toutes ses raisons, Barack Obama a donc décidé de hausser le ton en lançant une campagne de cyber-représailles. On se souvient qu’en novembre dernier, un article de NBC News qui citait un haut responsable du renseignement et des documents top secrets, montrait que des hackers américains avaient infiltré avec succès le réseau électrique Russe, les réseaux de télécommunications et les systèmes de commandement du Kremlin. Un message à destination de la Russie et de son dirigeant. Barack Obama va ce soir expliciter ses propos de cyber-réponses contre la Russie, lors d’une conférence de presse.

Cette menace intervient à quelques jours du vote du Collège des grands électeurs qui doivent normalement porter Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Ce dernier a fustigé les propos de Barack Obama, en s’étonnant sur Twitter que « si la Russie, ou toute autre entité, faisait du piratage, pourquoi la Maison-Blanche a-t-elle attendu si longtemps pour agir ? Pourquoi ne se sont-ils plaints qu’après la défaite d’Hillary ? ». De son côté la Russie a qualifié les supputations de Barack Obama « d’absurdités risibles ».

A lire aussi :

Donald Trump va-t-il gagner les élections grâce aux pirates russes ?
Élection US sous influence : Guccifer 2.0 publie d’autres documents sur Clinton

crédit Photo @watcharakun-Shutterstock

Recent Posts

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

8 heures ago

Microsoft peine à convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

8 heures ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

9 heures ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

11 heures ago

Silicon Data Awards 2022 – A vos candidatures !

La 1ère édition des Silicon Data Awards est lancée ! Rejoignez le concours avant le…

11 heures ago

Open Source : entre la SFC et GitHub, le torchon brûle

L'entrée en phase commerciale de Copilot ne passe pas. La Software Freedom Conservancy (SFC) a…

14 heures ago