Baromètre ERP, Oracle-IDC : 8% des PME vont s’y mettre

Régulations

Le baromètre Oracle-IDC annonce 8 % d’intention d’équipement, mais neuf mois de réflexion avant l’achat…

Bonne nouvelle : après une année 2005 de stabilité, les investissements semblent repartir chez les PME/PMI en matière d’ERP ! Toutefois, bien que les chiffres d’avril 2005 ont montré que 9 % des PME souhaitaient s’équiper d’un ERP, IDC avait révisé ce chiffre pour annoncer 7 %. Et le marché a confirmé cette prévision.

Pour 2006, la nouvelle édition du baromètre Oracle-IDC de janvier estime à 8 % les intentions d’achat ERP pour les PME/PMI, soit une hausse peu sensible dans un marché pourtant peu équipé. En effet, le panel des 300 sondés représente les entreprises françaises de 100 à 2.000 employés, soit un total de 14.290 entreprises (industrie, commerce/distribution et services). Pourtant, le marché est très prometteur, car «50 % de ces PME/PMI sont encore équipées de solutions ‘best-of breed’[logiciels spécialisés]», analyse Alain Petrissans, directeur Etudes et Conseil Logiciels, Services et Infrastructure chez IDC France L’effet boule de neige incontrôlé ? IDC constate que le nombre moyen de modules acquis atteint 4,3 lorsque la PME dispose d’un ERP contre 3,6 avec une solution “best of breed”. De plus, en adoptant un ERP, de nombreuses entreprises s’équipent également de solutions de gestion de la relation client et d’outils décisionnels (‘business intelligence’). «Alors que 26 % des PME non équipées d’ERP disposent d’une solution CRM, plus de la moitié (55 %) des PME ayant fait le choix ERP disposent d’une solution CRM. Dans la plupart des cas, le module ERP ajoute cette fonctionnalité au système d’information qui en était dépourvu», constate Alain Petrissans. De même, les solutions de ‘business intelligence‘ n’équipent que 16 % des PME fidèles au ‘best of breed‘, et 43 % des adeptes de l’ERP (et dans 70 % un module de l’offre ERP). Ce bon résultat pour les vendeurs traduit-il pour autant une nécessité absolue et une utilisation immédiate ? Autre bonne nouvelle pour les éditeurs d’ERP: 46 % des entreprises équipées d’un ERP et 44 % des autres prévoient des évolutions majeures pour 2006. De même, 30 % des sondés anticipent le déploiement de leur ERP sur un plus grand nombre d’utilisateurs, contre 25 % dans le cas des PME fidèles aux solutions ‘best of breed‘. La demande pour un seul interlocuteur gagne du terrain. Il faut reconnaître que l’intégration devrait logiquement être facilitée et de meilleure qualité. De même, les négociations en sont certainement facilitées. Neuf mois de réflexion !

Ce même baromètre indique que le délai entre la décision d’investir dans un ERP et la signature de la commande s’élève en moyenne à 9 mois pour 2005. Quid de la légendaire réactivité et souplesse des PME ?… 23 % des PME/PMI avouent même attendre plus de douze mois. Plus étonnant : 27 % des sondés affirment définir leurs besoins sans l’assistance d’un prestataire spécialisé, et 65 % ont rédigé seuls leur cahier des charges. Or justement, les spécialistes s’en plaignent régulièrement, car ce travail doit souvent être refait. Le tact et la diplomatie s’imposent alors. Encore plus étonnant: 23 % des PME n’ont pas rédigé de cahier des charges avant d’acheter un ERP. On peut se demander quelle est la part de responsabilité du vendeur dans cette situation ubuesque.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur