Bertelsmann n’abandonne pas le P2P et présente GNAB

Régulations

Le groupe allemand accusé à une époque de soutien au fameux Naptser, persiste et signe, en annonçant le lancement sur le marché de son offre légale de P2P

“Il s’agit de l’une des activités les plus prometteuses que nous ayons”, déclare au Wall Street Journal Europe Harmut Ostrowski, directeur d’Arvato, la branche services du groupe allemand Bertelsmann (Prisma Presse en France). Pour l’instant, l’entreprise envisage de lancer son programme en Allemagne, mais pourrait aussi l’étendre à l’étranger. GNAB devrait voir le jour dans les prochaines semaines et sera distribué par des détaillants et non par le géant de médias. Le sujet étant sensible, la discrétion est requise. Concernant le contenu, Bertelsmann ne veut plus connaître les déboires juridiques engendrés par l’acquisition puis la revente à Roxio du précurseur du P2P, Napster. Il assure que les contenus disponibles en ligne seront totalement légaux et payants. Selon, l’édition électronique du “Nouvel Observateur”, cette nouvelle plate-forme, devrait générer un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros d’ici 2010. Dans un communiqué, Arvato annonce avoir conclu un accord avec la Major du disque BMG (ndlr : qui appartient pour 50% au groupe Bertelsmann). Ce qui lui ouvre les portes d’un catalogue de prés de 1 million de morceaux. Dorénavant comme le souligne : le Wall Street Journal, il reste à savoir combien d’autres studios vont signer un partenariat avec Bertelsmann. Et surtout, combien et comment seront commercialisés les morceaux: au titre ou par abonnement ? GNAB devrait permettre le téléchargement de morceaux de musique, mais aussi de films et les fichiers seront protégés par DRM. Avec ce service Bertelsmann veut se fait une place sur un marché déjà très concurrentiel où le leader incontesté reste iTunes d’Apple qui contrôle 80% du marché du téléchargement légal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur