Big Data : à  la recherche du soutien-gorge idéal

DSI

Qui a dit que le Big Data ne s’arrêtait qu’à  la santé, à  la fraude financière ou aux transports ? On le retrouve aussi dans des secteurs auxquels on n’aurait pas pensé immédiatement. Le site Wired revient sur l’histoire d’une start-up baptisée True&Co, spécialisée dans l’e-commerce de lingerie féminine et basée à  San Francisco. Elle

Qui a dit que le Big Data ne s’arrêtait qu’à  la santé, à  la fraude financière ou aux transports ? On le retrouve aussi dans des secteurs auxquels on n’aurait pas pensé immédiatement. Le site Wired revient sur l’histoire d’une start-up baptisée True&Co, spécialisée dans l’e-commerce de lingerie féminine et basée à  San Francisco. Elle s’est servie du Big Data pour répondre à  une problématique bien particulière et créer des soutiens-gorge parfaitement adaptés aux silhouettes de ses clientes.

Après un rapide sondage auprès de la gente féminine de NetMediaEurope (éditeur de Silicon.fr), le sujet est loin d’être anodin. Et d’évoquer pêle-mêle les problèmes de taille, de coloris, de modèle mais aussi de confort. Pour Michelle Lam, fondatrice de l’entreprise, «  la plupart des femmes portent un mauvais soutien-gorge. Les bretelles glissent, les bandes de pincement et les coupes débordent   ». Elle n’accuse pas les fabricants de mal faire leur travail, mais considère que «  les femmes ont des corps différents   ».

Un algorithme pour créer le soutien-gorge idéal

Concrètement, la jeune pousse a réalisé une enquête auprès de ses clientes pour récolter des informations sur leurs corps avant leurs achats. Depuis son lancement en 2012, la société a récolté 7 millions de données allant de la taille des seins, mais également sur les préférences en matière de sangles, etc. Au total, True&Co arrive à  recenser 6  000 types de corps différents. Dans ces conditions, il peut être difficile de trouver le bon produit. Fort de cette connaissance et du traitement des données, True&Co a rapidement élaboré des prototypes et des techniques pour améliorer le confort des soutiens-gorge. Le succès ne s’est pas fait attendre, au point que la gamme de lingerie issue du Big Data a gonflé les revenus de la société de 600%. Cette orientation donne des idées à  des marques plus importantes comme Victoria Secret qui a lancé son propre questionnaire.

Le cas de True&Co est loin d’être unique aux à‰tats-Unis o๠quelques start-ups s’intéressent à  la problématique de créer des biens en fonction des multiples données clients. C’est le cas de Stitchfix qui propose des vêtements féminins sur mesure en fonction de plusieurs critères. La société a créé un algorithme pour traiter les informations et répondre au plus juste à  la demande. Il est probable qu’avec l’arrivée des capteurs et autres objets connectés intégrés dans les vêtements, le volume de données s’enrichisse et permette d’améliorer les offres des fabricants. Le seul risque est d’avoir trop de choix et de ne plus savoir à  quel sein se vouer…

crédit photo © BlueSkyImage – shutterstock

A lire aussi :

PagesJaunes se transforme avec les solutions Big Data de Dataiku

 

 


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur