Pour gérer vos consentements :

Bigtable, la base de données NoSQL de Google passe au Cloud

La bataille des bases de données NoSQL dans le Cloud prend une nouvelle tournure avec l’annonce de Google de placer une version beta de Bigtable sur Cloud Platform. Bigtable n’est pas une nouveauté, car le projet a débuté en 2004 avec une publication académique en 2006. Il s’agit d’un système de base de données distribué, compressé et à haute performance de type NoSQL. Il a donné naissance à d’autres initiatives comme Hbase de la fondation Apache et Cassandra. Bigtable utilise un système de fichiers propriétaire nommé Google FS et s’adresse aux sociétés disposant d’une très importante quantité de données (de l’ordre du Po). Google l’utilise pour ses propres services comme Gmail, Search, Earth ou Analytics.

Or la firme de Mountain View a affiné sa base de données NoSQL pour lui donner toute sa plénitude dans le Cloud. Surtout que, selon Google, le jeu en vaut la chandelle en matière de rapport performance/prix et de latence (de 6 à 8 millisecondes). Un tableau de comparaison (ci-dessous) avec les solutions Hbase et Cassandra est sans appel sur ces deux points. Même s’ils sont en concurrence, Bigtable est accessible via une API Hbase pour garantir son ouverture aux environnements Hadoop, mais aussi via DataFlow. Google met en avant la simplicité de création et de configuration de cluster Bigtable en une dizaine de secondes.

Tarifs et concurrence

Bigtable peut être essayé de manière gratuite avec un crédit de 300 dollars à utiliser pendant deux mois. En dehors de cet essai, la tarification pour ce service est de 0,65 dollar par nœud par heure avec un minimum de trois nœuds par cluster. Chaque nœud fournit jusqu’à 10 000 requêtes par seconde et 10 Mo par seconde de transfert de données. Le stockage des data se fait soit sur SSD (0,17 dollar du Go/mois) ou prochainement sur disque dur (0,026 dollar du Go/mois). En complément, il faut intégrer le coût du trafic sortant selon la région concernée.

Ce n’est pas la première incursion de Google dans le monde de la base de données NoSQL as a Service qui s’était déjà illustré avec l’offre Data Store. Avec Bigtable, la société américaine étoffe son catalogue de Database à la demande face à la concurrence. AWS propose DynamoDB, Microsoft s’appuie sur Azure DocumentDB et IBM pousse son acquisition Cloudant.

A lire aussi :

Les bases de données NoSQL ne font pas d’ombre aux SGBDR
Teradata étoffe son expertise Hadoop et NoSQL avec Think Big Analytics

crédit photo@kentoh-shutterstock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago