Pour gérer vos consentements :

Bigtable, la base de données NoSQL de Google passe au Cloud

La bataille des bases de données NoSQL dans le Cloud prend une nouvelle tournure avec l’annonce de Google de placer une version beta de Bigtable sur Cloud Platform. Bigtable n’est pas une nouveauté, car le projet a débuté en 2004 avec une publication académique en 2006. Il s’agit d’un système de base de données distribué, compressé et à haute performance de type NoSQL. Il a donné naissance à d’autres initiatives comme Hbase de la fondation Apache et Cassandra. Bigtable utilise un système de fichiers propriétaire nommé Google FS et s’adresse aux sociétés disposant d’une très importante quantité de données (de l’ordre du Po). Google l’utilise pour ses propres services comme Gmail, Search, Earth ou Analytics.

Or la firme de Mountain View a affiné sa base de données NoSQL pour lui donner toute sa plénitude dans le Cloud. Surtout que, selon Google, le jeu en vaut la chandelle en matière de rapport performance/prix et de latence (de 6 à 8 millisecondes). Un tableau de comparaison (ci-dessous) avec les solutions Hbase et Cassandra est sans appel sur ces deux points. Même s’ils sont en concurrence, Bigtable est accessible via une API Hbase pour garantir son ouverture aux environnements Hadoop, mais aussi via DataFlow. Google met en avant la simplicité de création et de configuration de cluster Bigtable en une dizaine de secondes.

Tarifs et concurrence

Bigtable peut être essayé de manière gratuite avec un crédit de 300 dollars à utiliser pendant deux mois. En dehors de cet essai, la tarification pour ce service est de 0,65 dollar par nœud par heure avec un minimum de trois nœuds par cluster. Chaque nœud fournit jusqu’à 10 000 requêtes par seconde et 10 Mo par seconde de transfert de données. Le stockage des data se fait soit sur SSD (0,17 dollar du Go/mois) ou prochainement sur disque dur (0,026 dollar du Go/mois). En complément, il faut intégrer le coût du trafic sortant selon la région concernée.

Ce n’est pas la première incursion de Google dans le monde de la base de données NoSQL as a Service qui s’était déjà illustré avec l’offre Data Store. Avec Bigtable, la société américaine étoffe son catalogue de Database à la demande face à la concurrence. AWS propose DynamoDB, Microsoft s’appuie sur Azure DocumentDB et IBM pousse son acquisition Cloudant.

A lire aussi :

Les bases de données NoSQL ne font pas d’ombre aux SGBDR
Teradata étoffe son expertise Hadoop et NoSQL avec Think Big Analytics

crédit photo@kentoh-shutterstock

Recent Posts

Le Réseau interministériel de l’État, sujet à dépendance

La Cour des comptes appelle à formaliser et à professionnaliser certains aspects du RIE, tout…

19 heures ago

Etalab en position de faiblesse au sein de la Dinum

La Cour des comptes attire l'attention sur le risque d'affaiblissement d'Etalab, privé, ces dernières années,…

21 heures ago

Une Dinum « balbutiante » sur l’open data et les logiciels libres

Missions historiques de la Dinum, l'ouverture des données publiques et la promotion des logiciels libres…

23 heures ago

Pour son premier LLM codeur ouvert, Mistral AI choisit une architecture alternative

Pour développer une version 7B de son modèle Codestral, Mistral AI n'a pas utilisé de…

2 jours ago

Microsoft x Inflection AI : l’autorité de la concurrence britannique lance son enquête

L’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) britannique ouvre une enquête sur les conditions…

2 jours ago

Thomas Gourand, nouveau Directeur Général de Snowflake en France

Thomas Gourand est nommé Directeur Général pour la France. Il est chargé du développement de…

2 jours ago