Bill Gates promeut l’aide au développement devant le Parlement européen

Régulations

Lors d’une intervention devant les membres de la commission du Parlement européen en charge du développement, le cofondateur de Microsoft et coprésident de la Bill and Melinda Gates Foundation, a invité l’Union européenne à maintenir ses objectifs d’aide.

À l’occasion d’une intervention devant les parlementaires européens, Bill Gates, cofondateur de Microsoft et coprésident d’une fondation philanthropique à son nom, a invité l’Union européenne à maintenir l’objectif d’aide au développement de 0,7 % du revenu national brut dans son cadre financier pluriannuel (2014-2020).

L’UE, un exemple à suivre ?

« Qu’on le veuille ou non, l’UE est leader en matière d’aide au développement et je doute fort qu’on puisse continuer à la citer en exemple si cette aide n’est plus maintenue. C’est d’autant plus important lorsqu’on regarde le budget à 7 ans de l’Union. Je sais que vous avez des compromis à faire vu la situation économique, mais l’argent que vous consacrez au développement aura un impact énorme à l’échelle planétaire », a affirmé mardi Bill Gates.

L’entrepreneur et philanthrope américain a rappelé que les efforts en matière de soutien au développement ont permis de réduire la mortalité infantile, qui serait passée de 20 millions à 8 millions de décès par an au cours des 50 dernières années. Par ailleurs, l’investisseur a évoqué le projet de développement Living Proof (preuve vivante) porté par sa propre fondation, avant d’ajouter que la vaccination est un moyen « peu coûteux » de sauver des vies.

L’accord tacite du Parlement européen

Martin Schulz, président du Parlement, et la majorité des eurodéputés ont apprécié ce discours. Toutefois des critiques, dont celles de Catherine Grèze (Verts/Alliance libre européenne), ont été exprimées concernant les liens qui unissent la fondation Gates et Monsanto. Cette société américaine spécialisée dans les biotechnologies cherche à introduire des semences génétiquement modifiées en Afrique, comme cela a été fait en Inde.

Bill Gates, pour sa part, estime qu’il n’y pas matière à discorde. Monsanto travaillerait sur un projet de variétés de maïs résistant à la sécheresse, et sans royalties. De plus, l’ouverture à de « nouvelles solutions » permettrait aux dirigeants africains de mieux lutter contre la famine et la malnutrition, et « de sauver des milliers de vies ».

Martin Schulz, membre de l’Alliance progressiste des socialistes & démocrates au sein du Parlement européen, a souligné que l’UE qui représente 8 % de la population mondiale et 30 % de sa richesse, doit afficher sa solidarité. « Nous devons tenir nos promesses si nous ne voulons pas mettre notre crédibilité en péril, et j’espère que, indépendamment des tendances politiques au sein de notre assemblée, le Parlement accordera son soutien aux objectifs de la Fondation Gates ».


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur